Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Gironde : Ford renonce à investir à Blanquefort, un millier d'emplois menacés

mardi 27 février 2018 à 13:56 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde et France Bleu

Dans un communiqué, la direction de Ford Europe annonce ce mardi que la fabrication de la nouvelle transmission 8 vitesses dans l'usine girondine de Blanquefort n'est pas économiquement viable, et qu'elle recherche un repreneur. 915 emplois sont menacés.

Le site Ford à Blanquefort
Le site Ford à Blanquefort © Radio France -

Blanquefort, France

C'était la crainte des syndicats. Ils réclamaient depuis des mois que Ford se positionne pour garantir un avenir à l'usine de Blanquefort car à partir de fin 2018, il n'y aurait plus rien à produire sur le site. C'est par un communiqué que Ford Europe annonce ce mardi que "la fabrication de la nouvelle boîte de transmission 8 vitesses _n'est pas économiquement viable_. L'activité industrielle à FAI dépend de la demande du marché mais les projections actuelles de volume de production sont saines jusqu'au cours de 2019". Au delà, les emplois ne sont plus garantis. 

À la recherche d'un repreneur

Pourtant, Ford assure de "son engagement à chercher une solution viable et pérenne au maintien de l'emploi sur le site" et "cherche de nouvelles possibilités, ceci _incluant la recherche de tout repreneur potentiel intéressé par le site_". Aucune piste n'est encore évoquée, mais les salariés se souviennent qu'en 2008, cinq pistes avaient été évoquées, sans qu'aucune n'aboutisse. 

915 emplois sont menacés. Les syndicats ont débrayé pendant deux heures devant les grilles de l'usine, le temps d'annoncer aux salariés la mauvaise nouvelle que leur avait transmise Kieran Cahill, le directeur de la division moteurs et transmissions du groupe Ford Europe. Une banderole sur les portiques d'accès proclamait "Ford Bordeaux, usine en danger, sauvons les emplois".

Bruno Le Maire réunit les élus et Ford vendredi

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire presse Ford de "garantir la pérennité" de l'usine et "souhaite que le groupe Ford travaille de manière étroite avec les représentants des salariés, les collectivités locales concernées et l'État afin de garantir le maintien à long terme de l'emploi", indique Bercy dans un communiqué. 

Le ministre réunira ce vendredi Ford et les élus concernés  pour "faire le point sur la situation" du site. Bruno Le Maire a demandé au président Europe du groupe "de maintenir une charge de travail suffisante sur le site jusqu'à fin 2019", au delà de l'accord quinquennal passé entre Ford et les autorités en 2013 pour garantir les emplois du site Ford Aquitaine Industries (FAI), qui s'achève fin mai.  

Je demande au ministre de l'économie de mettre Ford devant ses responsabilité, dit Alain Juppé

"Nous ne pouvons que regretter cette décision, d'autant que nous nous étions mobilisés ces derniers années pour moderniser l'entreprise, a dit Alain Juppé. Je demande au ministre de l'économie de mettre Ford devant ses responsabilité". De son côté, la maire de Blanquefort, Véronique Ferreira se dit "en colère en pensant notamment à l'investissement permanent des pouvoirs publics et aux salariés qui n'ont cessé de faire des propositions sérieuses et concrètes".