Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bordeaux : "J'ai perdu 50% de mon chiffre d'affaires en avril à cause de la grève à la SNCF"

lundi 14 mai 2018 à 6:28 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

La neuvième séquence de grève se termine ce mardi à la SNCF. Alors que le conflit dure depuis début avril, les commerçants implantés dans et autour de la gare Saint-Jean, à Bordeaux, commencent à trouver le temps long. Le chiffre d'affaires de certains aurait baissé de moitié le mois dernier.

Le parvis de la gare Saint-Jean est désert. une situation qui se répète depuis le début des épisodes de grève.
Le parvis de la gare Saint-Jean est désert. une situation qui se répète depuis le début des épisodes de grève. © Radio France - Louis Tellier

Bordeaux, France

"En ce moment, c'est mort, on ne fait rien" s'exclame une vendeuse dans un snack de la gare Saint-Jean, à Bordeaux. Elle précise même que l'endroit ferme les jours de grève. À la brasserie Le Grand Comptoir , elle aussi implantée dans la gare, même constat : "Parfois, je renvoie chez eux les employés avant la fin de leurs heures , parce qu'il n'y a personne..." Même si elle ne chiffre pas encore les pertes, elle sait déjà qu'elle devra se passer de personnel dans les mois qui viennent : "Normalement à cette période de l'année, des saisonniers travaillent avec nous. Mais si ça continue comme ça, on embauchera même personne cet été."

"Mon chiffre d'affaires a baissé de 50% au mois d'avril"

Le gérant du Café du Levant, situé en face de la gare explique que "c'est une catastrophe. Le nombre de dîners d'affaires que je dois encore annulé ... ça a été comme ça tout le mois d'avril et ça repart de plus belle en mai." Combiné à la baisse de fréquentation des passages de voyageurs, son chiffre d'affaires a baissé de 50% au mois d'avril. "Nous, les commerçants de la gare, ce n'est pas comme ceux qui sont près ou dans un aéroport. Nous, on dépend entièrement de la SNCF puisqu'il n'y a qu'un prestataire ! Si Air France fait grève, bah derrière, il y a un paquet d'autres compagnies pour alimenter le trafic. "

Les restaurateurs voient leurs terrasses désertées depuis le début du conflit à la SNCF. Ici, au Café du Levant, juste en face de la gare. - Radio France
Les restaurateurs voient leurs terrasses désertées depuis le début du conflit à la SNCF. Ici, au Café du Levant, juste en face de la gare. © Radio France - Louis Tellier

Gérante de la brasserie Le Grand Comptoir : "Normalement à cette période de l'année, des saisonniers travaillent avec nous. Mais si ça continue comme ça, on embauchera même personne cet été."

"La grève commence vraiment à être longue"

Des commerçants préfèrent rester anonyme lorsqu'ils témoignent. Par peur de s'aliéner une partie de leur clientèle: ""Beaucoup de mes clients sont employés de la SNCF. Ils se croient tout permis. Je comprends le fondement du mouvement mais là, ça devient n'importe quoi" explique une restauratrice située en face de la gare. Elle explique que son chiffre d'affaires est en baisse de 20 à 40%. Même écho pour la gérante d'une chaîne d'hôtel : "Déjà qu'ils nous coupent le courant (le 24 avril dernier) et qu'en plus, ils éloignent la clientèle en faisant la fête devant l'hôtel..."

Les commerçants de la gare Saint-Jean sont durement impactés par les épisodes de grève à la SNCF