Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Économie – Social

La Direction du travail rejette le plan social de Ford, un nouveau répit pour le site de Blanquefort

lundi 28 janvier 2019 à 21:14 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde et France Bleu

La Direction du travail (la Direccte) a décidé ce lundi soir de ne pas homologuer le plan de sauvegarde de l'emploi de l'usine Ford de Blanquefort. C'est ce que souhaitaient les syndicats de l'usine girondine, pour "gagner du temps et se donner une chance supplémentaire".

870 emplois sont en jeu à l'usine Ford de Blanquefort
870 emplois sont en jeu à l'usine Ford de Blanquefort © Maxppp - CAROLINE BLUMBERG

Blanquefort, France

Le communiqué est tombé un peu avant 21 heures ce lundi soir. La Direction régionale des entreprises de la concurrence de la consommation du travail et de l'emploi (Direccte), a refusé "l'homologation du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de Ford à Blanquefort", expliquant que "cette décision a pour objectif de sécuriser l'ensemble des parties".

C'est ce que les syndicats du site girondin espéraient, pour "gagner du temps", obtenir "un répit pour faire plier Ford et donner une chance supplémentaire au projet de reprise" par le Belge Punch "qui va pouvoir muscler son offre avec notamment des lettres d'intention de clients", a expliqué Philippe Poutou, le délégué CGT.

Le constructeur américain avait annoncé il y a près d'un an, sa volonté de se désengager de l'usine de boîtes de vitesses implantée en 1972 dans la banlieue de Bordeaux. Et Ford avait refusé, le mois dernier, l'offre de reprise de la société franco-belge basée à Strasbourg, Punch-Powerglide, pourtant appuyée par l'Etat et les syndicats. 

Cette décision avait provoqué une levée de boucliers politiques, locale, et nationale, jusqu'au président de la République qui avait jugé l'attitude du constructeur "hostile et inacceptable". Une "trahison", avait estimé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, qui a assuré depuis début janvier, que "les discussions continuaient" pour convaincre Ford de ne pas fermer l'usine. Discussions sans aucune garantie. La production tourne déjà au ralenti à Blanquefort. La fermeture de l'usine a été programmée par Ford, pour fin août 2019. 850 emplois sont en jeu.

Ford a pris acte de la décision ce lundi soir, sans plus de commentaires.