Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Bordeaux, la jungle de la distribution de repas à domicile

jeudi 28 juillet 2016 à 9:01 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Un leader du secteur qui met la clé sous la porte, une entreprise allemande qui s'installe avec de grosses ambitions, et, au milieu, des coursiers qui passent de l'un à l'autre... A Bordeaux, les entreprises de distribution de repas à vélo se livrent une intense bataille pour ce matché émergent.

Vous ne verrez plus l'uniforme de Take Eat Easy dans les rues de Bordeaux.
Vous ne verrez plus l'uniforme de Take Eat Easy dans les rues de Bordeaux. - © Maxppp

Bordeaux, France

La place Fernand-Lafargue, à Bordeaux, est un peu le point de rassemblement non-officiel des coursiers de Bordeaux. En effet, les plus gros restaurants partenaires des entreprises de distribution alimentaire y siègent, comme le Santosha et le Kokomo. Mais, depuis mardi, on n'y croise plus de coursiers à l'uniforme vert de Take Eat Easy. L'entreprise belge, qui était le numéro 1 à Bordeaux, a été placée en redressement judiciaire, faute de résultats dans les autres villes, laissant un certain nombre de problèmes derrière elle. Les restaurants n'ont pas été payés pour le mois de juillet, ses 450 coursiers non plus. Et leur statut d'auto-entrepreneur, qui ne les protège pas contre les difficultés de l'entreprise, leur a fait perdre définitivement  le bénéfice de leurs courses, jusqu'à 2000 euros pour certains.

Une bataille féroce pour l'héritage de Take Eat Easy

Et, alors que Take Eat Easy vient juste de rendre son dernier souffle, la bataille pour son héritage est déjà bien engagée, avec l'objectif de récupérer ses anciens coursiers et restaurants partenaires. D'un côté, les Verts de Deliveroo. Cette entreprise britannique était le principal concurrent de Take Eat Easy à Bordeaux, et a déjà embauché la majorité de ses coursiers. De l'autre, les Roses de Foodora. Les Allemands sont installés à Bordeaux depuis une semaine, et comptent bien devenir les numéros 1, à grands coups de marketing, et de méthodes parfois jugées agressives. Et au milieu de cette situation déjà confuse, un nouveau protagoniste pourrait faire son apparition : le groupe La Poste a racheté, fin 2015, 80% des parts de Resto-in, pour l'instant présent dans 8 grandes villes européennes, dont Paris, Lyon et Marseille. De quoi peut-être mettre de nouveau en péril un marché qui peine à se stabiliser.