Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bordeaux : la Maison d'Ella accueille les femmes victimes de violences

mercredi 6 mars 2019 à 18:49 Par Fanny Ohier, France Bleu Gironde

Au 381 boulevard Wilson à Bordeaux, la Maison d'Ella est un lieu-refuge pour toutes les femmes victimes de violences. Un espace d'écoute, un lieu inédit dans le Sud Ouest, réservé à l'accompagnement post-traumatique des femmes. Ouvert début février, il a lancé une campagne d'appel aux dons.

A la Maison d'Ella, Mélanie Maunoury, directrice, et Isabelle Blazy , coordinatrice d'équipe, accueillent les femmes en situation de souffrance dans un lieu chaleureux.
A la Maison d'Ella, Mélanie Maunoury, directrice, et Isabelle Blazy , coordinatrice d'équipe, accueillent les femmes en situation de souffrance dans un lieu chaleureux. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Un coup de pouce pour un lieu hors-normes. La Maison d'Ella, lieu-ressources pour toutes les femmes victimes de violences, a lancé une campagne d'appel aux dons. Créé le 5 février, le centre a besoin d'un coup de pouce pour financer les permanences des praticiens spécialisés et pour effectuer eux-mêmes des permanences une fois par mois dans des centres de la région.  

Situé au numéro 381 boulevard Wilson à Bordeaux, quartier Saint Seurin à proximité du parc bordelais, la Maison d'Ella s'est donnée pour mission d'accompagner les femmes vers leur rétablissement suite à un traumatisme. Réparer les corps et les esprits des femmes en souffrance ou dans un état de vulnérabilité. Toutes les femmes sont les bienvenues, tous types de violences pris en considération. Les soins sont gratuits. 

La Maison d'Ella est l'une des antennes du CACIS, Centre Accueil Consultation Information Sexualité. Il y a un an et demi, le CACIS a commencé à co-construire ce projet avec des partenaires locaux tels que le commissariat de Bordeaux, les hôpitaux de Cadillac et de Charles Perrens, le CHU de Bordeaux, la Maison des Femmes de Bordeaux, la CIMADE ou encore Médecins du Monde. L'objectif est de rediriger les femmes repérées dans d'autres établissements vers la Maison d'Ella, de désengorger leurs services et d'offrir un accompagnement spécialisé et sur du long terme aux femmes. Un établissement inspiré de la Maison des femmes tenue par Ghada Hatem, une gynécologue-obstétricienne, à Saint Denis.

"On voyait qu'au sein du CACIS, on n'avait pas le temps de s'occuper et de prendre en charge correctement ces femmes," explique Mélanie Maunoury, directrice. "On les réorientait vers les partenaires mais il nous semblait que notre travail devait être approfondi et qu'on devait mieux prendre en charge ces publics. Ce lieu répond à ce besoin." 

Un espace d'écoute, "où l'on se sent bien"

Un salon qui fait office d'accueil, une cuisine où l'on peut boire un thé, trois chambres reconverties en cabinets médicaux ou espaces de soins, une dernière qui vise à accueillir des groupes de paroles : au 381, on se sent comme à la maison. Dans chaque pièce, il y a une plante verte, de la moquette au sol, et une lumière tamisée. Le nom "la Maison d'Ella" a pour but de redonner tout son sens au mot maison comme "abri, refuge", "pour ces femmes qui sont parfois amenées à y associer la violence," souligne Isabelle Blazy, coordinatrice de l'équipe accompagnante. "Il fallait un lieu sécurisant". 

Différents spécialistes dans un même lieu : un accompagnement complet

L'un des principaux atouts de la Maison d'Ella, est qu'il rassemble en un seul lieu une dizaine de spécialistes de différentes disciplines. Des médecins, des gynécologues, des psychologues, mais aussi des art-thérapeutes, des travailleurs sociaux, des officiers des polices, des avocates, viennent y effectuer des permanences. Des groupes de paroles entre femmes sont également organisés. 

Dans le petit salon, Caroline, 37 ans, attend son rendez-vous avec une art-thérapeute. Adolescente, elle a été violée par un membre de sa famille. Depuis, elle multiplie les problèmes de santé. Ce centre lui simplifie la vie. 

"L'avantage c'est qu'ici on a des professionnels de différentes branches de métiers, on n'a pas besoin d'aller voir ou un ostéopathe, ou un psychologue. Ni de raconter [à plusieurs reprises] ce qui nous est arrivé, de re-déballer, encore une fois, tout le passé, tout le bagage qu'on a. Là, entre professionnels, ils parlent de notre accompagnement, ça nous permet d'aller de l'avant !" — Caroline  

Cet accompagnement pluridisciplinaire en un seul lieu, Caroline n'y avait pas accès ailleurs, avant. Ça lui permet de ne pas avoir à jongler entre ses différents rendez-vous. 

La Maison est ouverte en accueil libre le lundi matin, le mardi et le jeudi toute la journée. En dehors de ces horaires, il faut téléphoner au 05 57 09 25 77 pour prendre un rendez-vous.  

La Maison d'Ella a été financée principalement par l'ARS, l'Agence Régionale de Santé, le conseil départemental de Gironde et la mairie de Bordeaux. La levée de fond actuelle lui permettrait à la fois de continuer à assurer la gratuité de l'accompagnement pour des femmes souvent en situation de précarité, et de s'étendre plus largement dans le sud-ouest. L'objectif est d'atteindre les 15 000 euros au début du mois de mars. La Maison sera inaugurée par le président du département Jean-Luc Gleyze jeudi 7 mars.