Économie – Social

Bordeaux : la préfecture stoppe la majeure partie des activités de la Charcuterie Bordelaise

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu jeudi 26 janvier 2017 à 16:54

Dans les locaux de la Charcuterie Bordelaise à Villenave-d'Ornon.
Dans les locaux de la Charcuterie Bordelaise à Villenave-d'Ornon. © AFP

La préfecture de la Gironde a pris une mesure radicale jeudi : après la détection d'un nouveau cas de listeria, elle a décidé l'arrêt immédiat des activités de l'entreprise Charcuterie Bordelaise, basée à Villenave-d'Ornon. Seule la production des jambons cuits peut continuer.

Après la révélation du rappel de huit produits fabriqués par la Charcuterie Bordelaise, la préfecture de la Gironde a annoncé jeudi l'arrêt immédiat de la production, mise à part celle des jambons cuits. Le communiqué est cinglant : "Suite à des contrôles menés par la Direction Départementale de la Protection des Populations, le préfet de la Gironde a décidé, par arrêté préfectoral, l’arrêt immédiat des activités de production et de distribution des produits à base de viande prêts à être consommés de l'établissement Charcuterie Bordelaise à Villenave d’Ornon, à l’exception des jambons cuits et des jambons cuits à l’ancienne".

Des "manquements graves" aux règles de sécurité sanitaire

La préfecture s'appuie sur "la mise en évidence de présence de Listeria monocytogenes dans des rillettes de canard au stade de la distribution en grandes surfaces" et poursuit : "les constatations administratives effectuées en inspectant l’établissement ont révélé des manquements graves à la réglementation relative à la sécurité des denrées alimentaires auxquels il doit impérativement être remédié. Des prélèvements ont également fait apparaître la présence de ce germe dans du pâté landais au piment d’Espelette et une très forte contamination d’un lot de rillettes pur porc. Les non-conformités constatées concernent notamment des manquements dans l’application du plan de maîtrise sanitaire qui devrait permettre de garantir la salubrité des produits qui sont mis sur le marché, sous la responsabilité du gérant de l’entreprise".

En conséquence, la préfecture annonce que la reprise des activités ne pourra intervenir que lorsque ses services auront pu vérifier la réalisation "des actions correctives qui viennent d’être notifiées à l’exploitant".

JC Quintard directeur départemental de la Protection des Populations

►►► A lire aussi : La marque Charcuterie Bordelaise rappelle 8 produits pour cause de Listéria

Après l'annonce du retrait des produits mercredi, le PDG de l'entreprise, Arnaud Chedhomme, avait "contesté" les mesures prises, selon lui, "sous pression des services vétérinaires". L'entreprise, qui emploie 50 salariés, affirmait que l'ensemble de ses analyses étaient "indemnes de listéria", à l'exception d'une rillette de porc non commercialisée en France, et d'un pâté au piment d'Espelette faisant l'objet d'une procédure proposée et validée par les services vétérinaires.

"On est effondré. On a eu des audits toute l'année et les services vétérinaires nous tombent dessus"