Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bordeaux : la taxe de séjour augmente pour les logements Airbnb

mercredi 2 janvier 2019 à 19:09 Par Caroline Pomès, France Bleu Gironde

A partir du 1er janvier 2019, la taxe de séjour des logements chez l'habitant à Bordeaux augmente. Auparavant fixée à 80 centimes par personne et par nuit, elle sera proportionnelle au prix de la nuitée pour lutter contre la concurrence jugée déloyale par les hôteliers.

Il y a près de 10 mille logements à Bordeaux sur les plateformes de location du type Airbnb.
Il y a près de 10 mille logements à Bordeaux sur les plateformes de location du type Airbnb. © Maxppp - .

Bordeaux, France

Les hôteliers bordelais sont ravis en ce début d'année. Enfin, leurs vœux sont exaucés. A partir de ce 1er janvier, les logements non classés, chez l'habitant, proposés sur les plateformes de location comme Airbnb vont payer une taxe de séjour plus importante. Auparavant fixée à 80 centimes par personne et par nuit, elle sera proportionnelle au prix de la nuitée pour lutter contre la concurrence jugée déloyale par les hôteliers.

"De plus en plus de logements haut standing à Bordeaux"

Cette nouvelle façon de calculer la taxe de séjour est une conséquence de la loi ELAN. A Bordeaux, chaque voyageur paiera 5% de son coût par nuit sans jamais dépasser le plafond de 2,53 euros par personne, par nuit. Un barème voté, en septembre 2018, par la métropole bordelaise. 

Par exemple, si un couple loue un appartement à 100 euros la nuit, ils paieront 2,50 euros chacun, donc cinq euros par nuit au lieu de 1,60 euros l'année dernière. S'ils restent 6 nuits, ils paieront 30 au lieu de 10 euros, le triple

"Nous nous sommes rendus compte que dans ces logements non classés, il y avait une majorité de locations de haut standing de 150 à 300 euros la nuit", explique Laurent Hodebar, directeur de la mission tourisme à Bordeaux Métropole. Pour les hôtels, plus le standing est haut, plus le client paye cher sa taxe de séjour. Pour un deux étoiles, comptez 90 centimes par nuit et 3,50 euros pour un 5 étoiles.

"Il fallait que ce soit plus équitable", se félicite Sébastien Bize, directeur de l'hôtel Burdigala, à Bordeaux, hôtel 4 étoiles, où la taxe de séjour est à 2 euros et membre du syndicat de l'Union des métiers et des industries de l'hotellerie. "Nous faisons le même métier, il était normal qu'il y ait un rééquilibrage parce qu'en plus de la taxe, nous avons d'autres charges comme les mesures de sécurité, les mises aux normes pour les personnes handicapées, etc." 

Du côté d'Airbnb, ce n'est pas le même son de cloche. Dans un courrier envoyé aux hôtes, la plateforme parle de nuisance à leur activité

6 millions de nuitées à Bordeaux 

A Bordeaux, la Ville a enregistré 6 millions de nuitées en 2018. En septembre, cinq millions d'euros de taxe de séjour ont été récoltés, c'est 3% de plus qu'en 2017 à la même époque.

Il semblerait que la politique de lutte contre l'explosion des locations de meublés pour touriste ait fonctionné puisque selon la métropole le nombre d'annonces aurait baissé. Il y en aurait un peu moins de 10 000 dont une majorité sur Airbnb.