Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : le référé des salles de sport est rejeté, "il n'y a aucun cluster chez nous" réagit un gérant

-
Par , France Bleu Gironde

A Bordeaux, le recours porté par les syndicats des salles de sport, ce mardi 29 septembre, devant le tribunal administratif est rejeté. Il a estimé que leurs arguments sur l'aérosolisation étaient invérifiables. Franck Laduche gère six salles en Gironde, il est très remonté contre cette décision.

Le tribunal administratif de Bordeaux.
Le tribunal administratif de Bordeaux. © Radio France - Guillaume Drechsler

Le recours porté par les salles des sports bordelaises devant le tribunal administratif, ce mardi 29 septembre a finalement été rejeté. Le tribunal administratif juge qu'aucun élément vérifiable n'a été apporté par les syndicats de ces salles pour prouver que le virus ne se propage pas dans ces espaces clos par l'air. C'est ce qu'ils appellent l'aérosolisation.

Parmi les patrons de salles déboutés, Franck Laduche se dit "en colère mais aussi très surpris". Il gère 6 salles en Gironde, 4 000 adhérents sur tout le département au total. "Il n'y a aucun cluster ou d'une contamination chez nous, dans les centres de remise en forme bordelais", explique ce gérant. Il poursuit : "On leur explique que tout se passe bien mais on doit fermer quand même les salles. Là on arrive en octobre et c'est là qu'on a le plus de trafic. S'il y avait des études pour nous prouver qu'il y a eu des cas de Covid-19, on fermerait sans problème ! Mais il n'y en a pas", estime Franck Laduche.

La préfète maintient sa position : pas d'assouplissement de l'arrêté

En conférence de presse ce mercredi, la préfète de Gironde Fabienne Buccio a insisté : pas de réouverture avant le 10 octobre. Consciente du mécontentement provoqué par son arrêté, elle demande aux salles de sport de "tenir cet engagement". 

"C'est deux semaines, on n'est pas partis pour des mois dans cette situation. Ce n'est pas parfait, je sais qu'ils préféreraient travailler, moi aussi parce que ça voudrait dire que la situation s'améliore. Oui c'est un effort mais ce n'est pas un effort énorme. Ne comptez pas sur moi pour changer ma décision. L'échéance est en fin de semaine prochaine, on se retrouvera à ce moment".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess