Économie – Social

A Bordeaux, les associations dénoncent la fin de la trêve hivernale

France Bleu Gironde mardi 31 mars 2015 à 18:07

Le collectif des associations de l'urgence a mobilisé place Pey-Berland à Bordeaux
Le collectif des associations de l'urgence a mobilisé place Pey-Berland à Bordeaux © Radio France

Le trêve hivernale, qui permet aux locataires qui ne paient pas leur loyer, de ne pas être expulsés s'achève ce mardi soir à minuit. A Bordeaux, 150 personnes se sont rassemblées place Pey-Berland à Bordeaux pour protester contre une gestion "au thermomètre" de l'hébergement d'urgence.

Le collectif des Associations de l'Urgence et de la Solidarité en Aquitaine (CAUSA) s'est rassemblé ce mardi place Pey-Berland à Bordeaux pour protester contre la fin de la trêve hivernale. Dès ce mercredi, les locataires en difficulté et les plus démunis logés dans des centres d'accueil d'urgence pourront être mis à la rue. Le collectif dénonce la "gestion au thermomètre" du problème : pour ces militants, débloquer des places en centres d'hébergement l'hiver seulement, ce n'est pas une solution. 

"Il faut offrir au gens des logements accessibles, c'est à dire souvent logements sociaux ou avec des loyers peu élevés. Il faut aussi permettre à ceux qui bénéficient de l'hébergement d'urgence de suivre des parcours d'insertion vers l'emploi." — Bernard Basson, de l'association Le Lien à Libourne

Parmi les manifestants, Bilal : il galère depuis ses 18 ans et n'a jamais eu de domicile fixe. Il se démène pour décrocher un poste de vendeur. 

"Pour trouver un job, faut un toit. Et pour avoir un toit, faut un job. Aujourd'hui, j''ai postulé pour une formation, mais j'ai peur d'être refusé car je n'ai pas de logement. Je vis dans un foyer pour quelques jours encore mais une fois expulsé, où est-ce que je serai ?"

  • Bilal, sans domicile fixe

Bernard Basson, de l'association Le Lien à Libourne - Radio France
Bernard Basson, de l'association Le Lien à Libourne © Radio France

Bilal, SDF : "J'ai toujours essayé de me battre"