Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bordeaux : les commerçants indépendants pas emballés par des soldes "en avance"

mercredi 26 décembre 2018 à 18:34 Par Camille Huppenoire, France Bleu Gironde

La Confédération des commerçants indépendants demande à avancer les soldes, pour permettre aux commerces pénalisés par les manifestations des Gilets jaunes de démarrer l'année dans d'assez bonnes conditions. Une requête qui ne soulève pas l'enthousiasme des commerçants bordelais.

Un commerçant ferme sa boutique au passage des Gilets jaunes, rue Sainte Catherine, à Bordeaux.
Un commerçant ferme sa boutique au passage des Gilets jaunes, rue Sainte Catherine, à Bordeaux. © Radio France - Camille Huppenoire

Bordeaux, France

La Confédération des commerçants indépendants de France demande au gouvernement d'avancer la date de début des soldes, fixée au 9 janvier, d'une semaine. Elles commenceraient donc le 2 ou le 3 janvier. Objectif, permettre aux commerçants les plus pénalisés, en novembre et surtout décembre, par les manifestations des Gilets jaunes, de démarrer l'année 2019 dans d'assez bonnes conditions.  Mais l'initiative laisse dubitatifs les commerçants bordelais indépendants du centre-ville. Pour eux, avancer les soldes ne résoudra pas leurs problèmes les plus pressants, comme le manque de trésorerie.

Pour moi, ça n'a aucun sens.

Christine tient une boutique à deux pas de la place Pey-Berland, le théâtre des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants lors des rassemblements de Gilets jaunes à Bordeaux. Elle ne comprend pas en quoi avancer les soldes l'aiderait à bien démarrer 2019. Car son problème principal, c'est le manque de trésorerie, "ce qui permet de payer les charges, les loyers, les salaires, les achats, et donc de payer un stock." Or, les soldes ne permettent pas réellement de remplir les caisses, surtout quand on a peu d'articles à écouler à prix cassés, ce qui est souvent le cas dans les petites boutiques comme celle de Christine.

Les soldes peu intéressantes pour les petites boutiques indépendantes

Même incompréhension dans la boutique voisine, rue des Remparts. "Les soldes, on fait très peu de marge, explique la gérante. Et après une période compliquée, c'est difficile de se dire 'on va encore vendre avec peu de marge'..." Pour elle, si les soldes en avance devraient ramener du monde dans la rue, fortement touchée par les manifestations, les clients risquent d'être déçus en arrivant dans les boutiques. Car pas question de faire des prix cassés, des "moins 80%, on ne peut pas se le permettre."

Pour Virginie, vendeuse dans une boutique de vêtements qui a enregistré 50% de manque à gagner le samedi juste avant Noël, le plus important, c'est que les manifestations cessent. Car, confie-t-elle, même la clientèle fidèle ne vient plus aussi régulièrement.