Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bordeaux Métropole lève le dernier obstacle à la vente des Girondins de Bordeaux

vendredi 12 octobre 2018 à 12:24 Par Pascal Pierozzi et Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu

Les élus de Bordeaux Métropole ont voté à main levée (79 voix pour, 13 voix contre et 12 abstentions), ce vendredi midi, en séance extraordinaire, le transfert de location du stade Matmut Atlantique au fond d'investissement américain GACP.

Lors du vote à mains levées des élus de Bordeaux Métropole
Lors du vote à mains levées des élus de Bordeaux Métropole © Radio France - Pierre-Marie Gros

Bordeaux

L'issue du scrutin ne faisait aucun doute. Le Président de la Métropole Alain Juppé s'était déclaré "rassuré" par le repreneur américain Joseph Dagrosa qui avait répondu, jeudi soir,  aux questions des élus, aux côtés de Nicolas de Tavernost, patron de M6 et actuel propriétaire du club.

Le dernier verrou pour le rachat des Girondins de Bordeaux par le fonds d'investissement américain GACP a donc sauté. Les élus de Bordeaux Métropole ont donné à une large majorité ce vendredi matin leur feu vert pour la vente . Plus précisément ils ont voté pour le transfert vers le repreneur des garanties pris par M6 pour le paiement du loyer mensuel du Matmut Atlantique ,à savoir une somme de 3,7 millions d'euros par an .Un vote obtenu par 79 voix pour , 13 voix contre et 12 abstentions

Les Communistes, et les Ecologistes ont voté contre, de même que certains élus socialistes comme Michèle Delaunay et Emmanuelle Ajon, alors que d'autres comme le vice-président Alain Anziani ont voté pour. 

De vraies garanties et un vrai projet sportif ? 

Les débats ont duré une heure et demie, et les divergences ont porté en gros sur deux points . D'abord, les garanties juridiques apportées par le repreneur pour le paiement du loyer du Matmut Atlantique , ce qui était au coeur de la délibération. "Ces garanties sont les mêmes que celles apportées par M6 " a répété Alain Juppé . Sauf que "il n'y a aucun engagement ferme de la part de King Street , le principal actionnaire de la future holding" , ont répondu ceux qui ont voté contre cette délibération. 

En début de séance consacrée à cette vente des Girondins  - Radio France
En début de séance consacrée à cette vente des Girondins © Radio France - Pierre-Marie Gros

Il a aussi beaucoup été question des ambitions du repreneur pour le club, même si ce n'était pas l'objet du vote." Joe DaGrosa a montré de l'empathie pour les Girondins, pour la ville, a souligné le président de la Métropole, il a pris des engagements pour investir et pour rester au moins cinq ans, voire dix ans." "Vous êtes un peu naïfs", lui a rétorqué Pierre Hurmic pour EELV-Les Verts. "Ce ne sont que des mots, des engagements moraux. Est-ce suffisant ?" a ajouté Max Guichard pour les communistes, qui a dénoncé "ce sport-business". 

"Si nous avions refusé, nous aurions assisté à un déclin inéluctable des Girondins" Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de la Métropole

" Si nous votons contre cette délibération, c'est l'avenir des Girondins que nous mettons en péril, a martelé Alain Juppé comme son 1er vice-président Alain Anziani, le maire de Mérignac, pour qui "certes, nous prenons des risques, mais ils sont mesurés ". 

Une page de l'histoire des Girondins de Bordeaux se tourne donc après 19 années passées sous la présidence de M6. Le vote accepté, la vente des girondins devrait se faire d'ici la fin du mois a précisé le patron de la chaîne, Nicolas de Tavernost.