Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bordeaux : premières amendes pour non respect du port du masque rue Sainte-Catherine

-
Par , France Bleu Gironde

A Bordeaux, le non respect du port du masque rue Sainte Catherine et rue de la Porte Dijeaux est désormais passible d'une amende de 135€. Les deux patrouilles d'agents municipaux ont verbalisé cinq personnes ce samedi et rappelé à l'ordre 80 personnes.

A Bordeaux, rue Sainte-Catherine et rue de la Porte Dijeaux, le non respect du port du masque est désormais sanctionné d'une amende.
A Bordeaux, rue Sainte-Catherine et rue de la Porte Dijeaux, le non respect du port du masque est désormais sanctionné d'une amende. © Radio France - Fanny Ohier

A Bordeaux, rue Sainte-Catherine et rue de la Porte Dijeaux, le non respect du port du masque est désormais sanctionné d'une amende de 135€. Le port du masque est obligatoire dans ces deux rues très commerçantes depuis samedi dernier, le 15 août. Après une semaine de rappels à l'ordre "pédagogiques" comme l'avait annoncé la mairie, les premières verbalisations sont tombées. Cinq amendes ont été dressées, plus 80 rappels à l'ordre. 

Des patrouilles deux fois par jour 

Six policiers municipaux ont contrôlé le bon respect du port du masque contre la covid-19 ce samedi. A raison d'une patrouille mobile le matin et une autre l'après-midi. Une présence trop ténue pour Sylvie qui préférerait des équipes postées aux entrées principales de la rue Sainte-Catherine par exemple. "Ce serait sensé qu'il y en ait là, des patrouilles, qui encadrent la rue !" lance-t-elle en désignant l'entrée place de la Comédie. "Qu'ils soient ici, et à toutes les entrées de la rue." 

Ce serait censé qu'il y en ait là, des patrouilles, à l'entrée de la rue, et qu'ils l'encadrent ! - Sylvie

Pour Anne aussi, les policiers sont un peu trop discrets. "Ça, on ne les voit pas beaucoup ! Mais il est temps qu'ils mettent des amendes parce que je pense que les gens ne respectent pas forcément le port du masque..." Aucune excuse ne tient pour cette commerçante bretonne de passage à Bordeaux. "Les banderoles dans la rue, on les voit !" et il faut s'informer pour cette mère de famille dont les deux enfants sont également masqués. "Après il faut verbaliser à bon escient" modère-t-elle. "Si je suis en train de me balader [et que je ne le porte pas], d'accord. Mais quand je mange une glace avec ma famille et que je me suis éloignée... Je pense qu'on peut me laisser tranquille. Voilà, pas d'abus !" 

Il est temps qu'ils mettent des amendes [...] mais il faut verbaliser à bon escient - Anne, une touriste bretonne 

Surtout que certains ne sont tout simplement pas au courant, comme Johanne et Lucile, des touristes venues de Lyon et Paris. Elles se promènent sans masque. "Ce qui dit qu'il faut porter le masque, c'est les banderoles en haut ? On n'a rien vu, on aurait dû lever la tête ! On est complètement paumées là." Elles ont bifurqué sur la rue, depuis une rue parallèle où le masque n’est pas obligatoire. "Si on avait pris 135 euros d'amende là... J'aurais pleuré !," lâche Lucile. Pour l'instant, les policiers ont pour consigne de continuer la prévention. Seuls les récalcitrants sont verbalisés, selon la mairie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess