Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bordeaux : quand les salariés fixent eux-mêmes leurs augmentations

dimanche 3 juin 2018 à 17:07 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde et France Bleu

C'est l'une des grandes réformes mises en place au sein du transporteur GT Location basé à Bassens près de Bordeaux. Le PDG Michel Sarrat raconte dans un livre la manière dont il a transformé son entreprise.

Michel Sarrat présente son livre témoignage "Nous réinventons notre entreprise".
Michel Sarrat présente son livre témoignage "Nous réinventons notre entreprise". © Radio France - Yves Maugue

Bassens, France

Et si votre patron vous laissait choisir votre augmentation de salaire. C'est une petite révolution qui a été mise en place chez GT Location, entreprise de transports basée à Bassens et qui emploie quelques 1 800 personnes partout en France. Le PDG Michel Sarrat explique sa démarche dans un livre qui vient de sortir baptisé "Nous réinventons notre entreprise". Et ce changement de méthode a été initié à l'issue d'une période très compliquée.

J'ai touché mes limites.

En 2011, c'est une série noire qui frappe les dirigeants de GT Location. Quatre d'entre eux sont victimes d'infarctus, d'AVC et de cancers. Comme si cela ne suffisait pas, l'entreprise cumule 5 millions d'impayés en seulement 3 contrats. Michel Sarrat décide alors de réformer son entreprise. "J'ai touché mes limites, affirme le patron de GT Location. Nous avons été secoués suffisamment fort pour se remettre en question et innover. Nous sommes alors passés d'une logique centralisée, hiérarchisée, à une dynamique qui repose beaucoup plus sur la liberté et la responsabilité des personnes".

Le PDG mobilise ses troupes et multiplie les réunions. Les rendez-vous organisés le samedi, hors temps de travail, rassemblent près de la moitié du personnel. Cela encourage Michel Sarrat à poursuivre. Les nouvelles technologies sont utilisées pour libérer les managers de tâches administratives et pour responsabiliser les conducteurs qui doivent être en mesure de prendre seuls des décisions. Grâce aux smartphones, les conducteurs peuvent désormais accéder aux éléments techniques du poids-lourd, trouver l'adresse du garage le plus proche ou consulter les informations d'exploitation de sa mission. La logique de responsabilisation a été poussée au maximum, jusqu'au sujet des salaires. Désormais, pour les augmentations de salaire, les cadres proposent avec leur équipe la réévaluation qu'ils estiment juste. Même s'il garde le dernier mot, Michel Sarrat affirme qu'il n'a pas encore utilisé ce droit de veto, les propositions se révélant presque toujours justifiées.

Le patron doit lâcher du lest 

Michel Sarrat le reconnait. Il faut que le patron de l'entreprise modifie en profondeur son mode de fonctionnement. "Tous les jours, explique-t-il, je dois me remettre en question. On est loin du schéma où le patron décide seul. C'est le patron et les équipiers de l'entreprise qui ensemble ont raison". Aujourd'hui, le PDG de GT Location estime avoir "libéré" son entreprise. Quant à l'incidence sur les résultats économiques, il reconnait que le lien entre l'organisation du travail et la rentabilité de l'entreprise ne peut pas être prouvé.