Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une famille vit dans la moisissure, résultat d'un profond désaccord avec le propriétaire

jeudi 2 mars 2017 à 6:00 Par Lisa Melia, France Bleu Provence

Accepteriez-vous de vivre dans de pareilles conditions ? De la moisissures partout, dans chaque recoin de ce pavillon cosy de Chateauneuf-les-Martigues, sur l'étang de Berre. C'est le quotidien d'une famille et le résultat d'un profond désaccord avec leur propriétaire.

La moisissure dans la cuisine
La moisissure dans la cuisine © Radio France - Lisa Melia

Châteauneuf-les-Martigues, France

Dès qu'on entre dans la maison, l'odeur de moisi prend à la gorge. Les traces noires d'humidité maculent les murs dans toutes les pièces. "Le pire, c'est dans la chambre", précise Claude. Avec son épouse et leur fils, ils vivent dans ces conditions depuis cinq ans environ. "J'ai été obligé de tirer le lit au milieu de la pièce pour éviter que la moisissure ne l’abîme", explique Chantal.

A l'autre bout du couloir, c'est la chambre d'Adrien, l'un des enfants du couple. Les marques de l'humidité sont moins visibles, mais le jeune homme sent leur effet. "Je suis resté malade pendant quatre mois, raconte-t-il. Une toux chronique." Même chose pour ses parents.

Deux versions différentes

Pour la famille, tout commence quand Claude doit mettre la clef sous la porte de sa boulangerie. "Le propriétaire a voulu augmenté le loyer, c'est pour cette raison que j'ai fait faillite, tient-il à préciser. Je n'avais pas de dette." Ensuite, les loyers de la maison deviennent difficiles à payer. Les premiers temps, la propriétaire patiente. Le désaccord apparaît avec l'humidité et les versions diffèrent.

Dans la salle de bain - Radio France
Dans la salle de bain © Radio France - Lisa Melia

Claude et Chantal affirme qu'ils ont prévenu leur propriétaire il y a plus de deux ans, qu'ils ont fait venir des experts, qu'ils avaient contracté une assurance et qu'elle a refusé d'engager les travaux.

La propriétaire, elle, assure que la famille ne s'est manifesté que quand ils ont eu des problèmes financiers. "J'ai vécu dans cette maison, c'était celle de ma grand-mère, justifie-t-elle. Quand j'ai vu les photos, j'étais catastrophée. Bien sûr que je ne veux pas laisser ma maison dans un état pareil."

La justice penche pour la propriétaire

Elle affirme qu'elle n'a jamais eu l'autorisation d'entrer dans la maison, "sauf pour constater un problème de chauffage, que j'ai fait réparer", qu'elle n'a jamais été prévenu des visites d'experts et qu'elle n'a pas reçu de rapport. Claude et Chantal jurent le contraire, montrent un rapport de l'Agence régional de santé établissant l'état du pavillon.

C'est donc la justice qui a tranché. Le tribunal de Martigues a donné raison à la propriétaire, condamnant le couple à régler les quelques 10 000 euros de loyers impayés et à quitter la maison. "Ils n'ont pas pris en compte l'humidité", s'agace Claude, dépité. Il a décidé de faire appel.

Propriétaire et locataires ne s'accordent que sur un point : la famille a trouvé un nouveau logement, elle déménage à la fin du mois de mars. Tous ont hâte de tourner la page.

Claude et Chantal rangent les victuailles dans la véranda, car elles pourrissent dans la cuisine - Radio France
Claude et Chantal rangent les victuailles dans la véranda, car elles pourrissent dans la cuisine © Radio France - Lisa Melia