Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bourges : la direction du centre hospitalier Jacques Coeur monte au front

mercredi 11 avril 2018 à 19:12 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Le centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges estime avoir répondu à la totalité des revendications des personnels des urgences. La direction a détaillé ce qu'elle mettait sur la table, alors que trois autres journées d'action sont dors et déjà annoncées par la CGT et Force Ouvrière.

Florent Verstavel, directeur des ressources humaines du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges.
Florent Verstavel, directeur des ressources humaines du centre hospitalier Jacques Coeur de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

La prochaine journée de grève aux urgences est prévue ce vendredi 13 avril. La direction de l'hôpital estime pourtant avoir fait son travail mais que tout ne dépend pas d'elle...  Par exemple sur la présence H24 d'une infirmière psychiatrique aux urgences et notamment la nuit : "C'est à l'hôpital George Sand de respecter la convention qu'il a signée avec nous, explique le directeur des ressources humaines, Florent Verstavel. Elle prévoit la mise à disposition de six équivalents temps plein. Et le compte n'y est pas." Quant au renforcement de la 2eme équipe du Smur qui n'a pas les moyens de fonctionner H24, (il manque 200.000 euros par an)  le DRH estime que la balle n'est pas dans son camp : " Nous avons redemandé à l'Agence Régionale de Santé, de financer l'intégralité des crédits qui permettent de faire fonctionner ce Smur secondaire H24, comme cela devrait être le cas.

Vendredi, les urgences de l'hôpital de Bourges connaîtront leur 6éme journée de grève en moins d'un mois. - Radio France
Vendredi, les urgences de l'hôpital de Bourges connaîtront leur 6éme journée de grève en moins d'un mois. © Radio France - Michel Benoit

Reste la question d'une aide-soignante, là encore H24 aux urgences et donc la nuit : une réflexion est engagée mais par redéploiement interne, les effectifs de jour ayant déjà été renforcés. Pas de quoi convaincre la CGT et Force Ouvrière qui attendent également des précisions sur les lits supplémentaires promis : Florent Verstavel reste assez évasif pour le moment : " Ces lits seront ouverts avant l'été comme nous en avons pris l'engagement. Ce seront des lits de médecine générale. L'organisation est engagée avec les médecins, il y aura des recrutements qui sont prévus, tant infirmiers que aides-soignants mais cela embarque toutes les directions de l'hôpital puisque cela concerne aussi la blanchisserie, la pharmacie, les services techniques, le bio-médical et donc ce n'est pas du jour au lendemain que l'on peut rouvrir des lits de médecine." L'hôpital indiquera le nombre de lits dès que possible mais ce sera sans doute moins de trente puisque la direction travaille également sur un renforcement du service de cancérologie où deux oncologues sont recrutés. 

Les locaux des urgences de l'hôpital de Bourges devraient être agrandis pour tenir compte de l'augmentation de l'activité - Radio France
Les locaux des urgences de l'hôpital de Bourges devraient être agrandis pour tenir compte de l'augmentation de l'activité © Radio France - Michel Benoit

Un réaménagement complet des urgences est également à l'étude. Des engagements qui ont convaincu la CFDT de se retirer du mouvement. La pénurie de médecins complique aussi les recrutements nécessaires : 1/4 des postes de médecins sont vacants au centre hospitalier de Bourges. Ce qui pose clairement le problème de la liberté d'installation des médecins. En quinze ans, l'activité des urgences de l'hôpital de Bourges a doublé.