Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : le parti communiste demande à l'état d'interdire les plans sociaux

-
Par , France Bleu Berry

Une délégation du parti communiste reçue en préfecture à Bourges vendredi soir. Le PC a lancé une campagne nationale pour alerter les pouvoirs publics sur les conséquences de la crise que nous traversons et faire valoir ses solutions.

La délégation était emmenée par Jean-Michel Guérineau, secrétaire départemental du PC dans le Cher.
La délégation était emmenée par Jean-Michel Guérineau, secrétaire départemental du PC dans le Cher. © Radio France - Michel Benoit

Parmi ces propositions : la création d'une conférence territoriale pour l'emploi dans chaque bassin d'emploi réunissant les entreprises et l'ensemble des partenaires pour une meilleure gestion prévisionnelle de l'emploi : " Il est nécessaire aujourd'hui de s'immiscer dans la gestion des entreprises clame Jean-Michel Guérineau, secrétaire départemental du parti communiste dans le Cher. On ne peut pas laisser faire des choses comme à Comatelec, à St-Florent sur Cher. L'entreprise licencie plus de 100 personnes alors qu'elle réalise des profits considérables. C'est comparable à Bridgestone. L'état doit rendre un avis négatif sur le PSE et pour cela il faut changer la loi, car en l'état actuel des choses, les préfectures ne peuvent qu'entériner ces suppressions d'emploi qui sont légales." Le parti communiste réclame l'interdiction des licenciements et propose un plan d'action pour l'emploi des jeunes

L'usine de luminaires, Comatelec, à St-Florent sur Cher, doit supprimer 101 emplois d'ici fin décembre.
L'usine de luminaires, Comatelec, à St-Florent sur Cher, doit supprimer 101 emplois d'ici fin décembre. © Radio France - Michel Benoit

Il faut aussi selon lui orienter l'argent public versé aux entreprises vers une obligation de formation, afin d'éviter les licenciements : " C'est une proposition de sécurisation de l'emploi et de la formation que nous formulons, déclare Jean-Michel Guérineau. Il faut que les salariés des entreprises en difficulté puissent être maintenus dans leur emploi ou puissent être placés en formation tout en gardant leur ressources. Il faut utiliser les fonds publics à cet effet, au lieu d'accorder des exonérations à des entreprises sans aucune contrepartie comme c'est le cas. Sur les 100 milliards du plan de relance, il y a 20 milliards d'exonérations d'impôts pour les sociétés, financés finalement par le contribuable. C'est inacceptable. L'argent public doit être utilisé pour sécuriser l'emploi et la formation." Le Cher n'est pas épargné par les destructions d'emploi. Mecachrome a annoncé la suppression de 160 postes à Aubigny sur Nère, Auxitrol (sous-traitant aéronautique) 124 postes à Bourges, Comatelec 101 postes à St-Florent sur Cher. Sans oublier Rosières à Lunery, Lisi, ou encore Paulstra à Vierzon. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess