Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bourges : le plan social sera bouclé le 18 juin chez Xerox (XTS)

-
Par , France Bleu Berry

Ils sont 21 et ont l'impression de ne pas beaucoup compter... le plan social chez Xerox (XTS) à Bourges, sera bouclé pour le 18 juin, date de la dernière réunion direction/syndicats.

Xerox à Bourges, sur la zone d'activités de Beaulieu
Xerox à Bourges, sur la zone d'activités de Beaulieu © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

Le site de Bourges doit fermer. Xerox supprime au total 128 emplois en France, victime de la dématérialisation des envois. On imprime moins et cela ne fait pas les affaires de la société américaine.  A Bourges, les salariés se battent pour obtenir la prime de départ la plus importante : elle est pour l'instant de 35.000 euros pour les personnes ayant le plus d'ancienneté... Pour Régis Robinet, délégué CFTC au comité social et économique, le compte n'y est pas : " Actuellement nous en sommes de 17.000 à 35.000 euros, prime légale et supra-légale confondues. Quand on sait que Xerox a budgété 14 millions d'euros pour ce PSE, on se dit qu'il peuvent mettre beaucoup plus pour nous qui sommes de petits salaires à Bourges.

Régis Robinet, délégué CFTC chez Xerox (XTS)  - Radio France
Régis Robinet, délégué CFTC chez Xerox (XTS) © Radio France - Michel Benoit

Si on fait une simple division, ça fait 110.000 euros par personne. Evidemment, les cadres sont beaucoup mieux lotis que les ouvriers, une fois de plus, dans les indemnités de départ. Certes, Xerox met sur la table plus que ce qu'oblige la loi, mais ce n'est pas encore assez. D'autant que la moyenne d'âge, à Bourges est de 47 ans. Ca ne sera pas facile de retrouver du travail, même si une cellule de reclassement est prévue. Pour tout vous dire, on a l'impression d'être pris pour des gueux, nous les ouvriers de Bourges."