Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bourges : les cheminots se préparent à un conflit long et dur

mardi 3 avril 2018 à 16:32 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Sans surprise, les cheminots ont reconduit à l'unanimité la grève pour une seconde journée à Bourges. Le conflit pourrait durer jusque fin juin. S'attaquer au statut des cheminots, c'est franchir une ligne rouge pour les syndicats, CGT en tête.

Les cheminots grévistes reconduisent la grève à main levée pour ce mercredi
Les cheminots grévistes reconduisent la grève à main levée pour ce mercredi © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

L'assemblée générale aura duré plus de deux heures, durant lesquelles les agents ont voulu démontrer leur détermination (ils étaient une quarantaine).  Ils estiment que la défense de leur statut (remise en cause du déroulement automatique de carrière, et de l'âge du départ en retraite notamment), c'est défendre l'intérêt de tous notamment en zone rurale où des lignes disparaîtront si on laisse les choses se faire vers la privatisation : " Il n'y a pas de petites lignes pour petits français, de seconde zone, scande, Michel, retraité de la SNCF. Des trains, il y en aura toujours entre Strasbourg et Paris. En revanche, dans notre Boischaut, _entre Bourges et Montluçon_, ça n'intéressera plus personne. La région, qui a récupéré la ligne depuis le 1er janvier, envisagerait même de remplacer les trains par des bus. 3 aller/retours par jour alors qu'il y a 14 trains aujourd'hui. Comment voulez-vous qu'on échappe à la désertification et qu'on attire encore des médecins ou des habitants dans nos villages, si tout disparaît ! " 

L'assemblée générale des cheminots grévistes en gare de Bourges. - Radio France
L'assemblée générale des cheminots grévistes en gare de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Et un autre cheminot, Laurent (30 ans, passés à réparer les voies) d'ajouter : "Les bus, ça fait pas le même boulot. Prenez l'exemple entre Bourges et Vierzon : en train,  on met 20 minutes, en bus, il faut plus d'une heure !"  Laurent, qui ne se sent pas privilégié avec ses billets de trains bradés : "Un boucher, il paie pas sa viande, l'ouvrier chez Peugeot, il paie moins cher sa voiture. Pourquoi on n'aurait pas d'avantages sur les billets ? C'est normal. Je gagne 2.000 euros nets par mois au bout de 30 ans à la SNCF. C'est pas moi, le privilégié. On fait les 3x8, on a des astreintes et on travaille le weekend. C'est pour ça qu'on a des avantages. Et une partie est versé en prime qui ne compte même pas pour la retraite. Je défends mon statut, mais aussi le service public et l'aménagement du territoire." Certains avantages n'ont d'ailleurs plus cours depuis 2007 et Nicolas Sarkozy, même si les cheminots continuent de partir un peu plus tôt à la retraite que les autres actifs... Pour Stéphane Démare, délégué CGT, le problème n'est pas le statut du cheminot mais l'endettement de la SNCF qu'il faut réduire par deux mesures phares : " Nationaliser les autoroutes pour récupérer les bénéfices au profit du désendettement de la SNCF et flécher une partie de la taxe sur les produits pétroliers, vers le rail pour financer les investissements. Si le gouvernement ne veut pas nous entendre, le conflit sera long. C'est une nouvelle bataille du rail, toutes proportions gardées par rapport à nos aînés." Le surcoût lié au statut des cheminots serait de 8 % selon la CGT, d'autres experts avancent le chiffre de 20 à 30 %. La CGT a l'intention de monter un piquet de grève ce mercredi matin (à partir de 7H30) devant l'entrée du pôle technique en gare de Bourges.