Économie – Social

Bourges : les postiers veulent le maintien du centre de tri du courrier

Par Michel Benoît, France Bleu Berry mardi 20 juin 2017 à 15:58

Une soixantaine de postiers et militants syndicaux ont pique-niqué devant le centre de tri du courrier de Bourges.
Une soixantaine de postiers et militants syndicaux ont pique-niqué devant le centre de tri du courrier de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

Sud et la CGT se mobilisent pour le maintien du tri du courrier à Bourges. En 2019, le centre de tri de Bourges ne traitera plus que les colis. Le courrier sera acheminé à Orléans. Une cinquantaine d'emplois sont menacés. Les deux syndicats ont organisé un pique-nique devant le bâtiment ce mardi.

La Poste dispose à Orléans de grosses machines de tri du courrier qu'il faut alimenter alors que ce flux a tendance à diminuer d'année en année. Une dizaine d'emplois pourrait déjà disparaître cette année à Bourges si le trafic était dirigé vers Orléans. Pascal travaille au centre de tri depuis plus de 20 ans et se voit mal devenir facteur ou occuper un autre poste dans la distribution du courrier.

Ambiance barbecue, merguez et cubi de rosé devant le centre de tri du courrier de Bourges - Radio France
Ambiance barbecue, merguez et cubi de rosé devant le centre de tri du courrier de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Le centre de tri du courrier de Bourges emploie 95 personnes. Pour Manco Dran, délégué du syndicat Sud, la réorganisation permanente de la Poste engendre de la souffrance au travail : "En deux ans, on a eu neuf suicides à La Poste en France. Les salariés vivent très mal cette stratégie de transformation permanente. Ça engendre un climat anxiogène comparable à celui de France Telecom il y a quelques années" explique le syndicaliste.

Au coeur de la réorganisation de la Poste en France, le maitien ou non du service public - Radio France
Au coeur de la réorganisation de la Poste en France, le maitien ou non du service public © Radio France - Michel Benoit

Les syndicats cherchent à construire une mobilisation comme celle qui a porté ses fruits pour le maintien de certains bureaux de poste, à l'exemple d'Asnières-les-Bourges. L'activité devait être transférée en décembre dernier chez un commerçant du quartier. La création d'un comité de défense a permis de retarder l'échéance. Le bureau est toujours ouvert aujourd'hui.