Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : malaise au centre départemental de l'enfance et de la famille

-
Par , France Bleu Berry

Un préavis de grève a été déposé par la CGT jusqu'au 29 avril et les agents se sont rassemblés ce mercredi devant l'hôtel du département. Ils estiment que leur conditions de travail se sont considérablement dégradées depuis un peu plus d'un an et que les enfants en pâtissent.

Les grévistes du centre départemental de l'enfance et de la famille, devant l'hôtel du département à Bourges.
Les grévistes du centre départemental de l'enfance et de la famille, devant l'hôtel du département à Bourges. - Christian Georges

Le Centre départemental de l'enfance et de la famille prend en charge 122 enfants de 0 à 21 ans (chiffres de 2018) dans le Cher, le plus souvent placés en dehors de leurs familles. Une délégation a été reçue par le préfet et par le vice-président du département du Cher, chargé du personnel.  Les agents remettent en causse le management instauré depuis janvier 2020, "dans cette institution, il y a toujours eu un peu de mal-être, mais là, il a été accentué depuis janvier 2020 et l'arrivée d'une nouvelle direction " affirme  Christian Georges, secrétaire de la CGT au conseil départemental du Cher. 

" Elle a mis en place une situation de travail qui n'est pas compatible avec la réalité opérationnelle, c'est à dire ce qu'il se passe sur le terrain. Les agents ne sont absolument pas entendus. Les dossiers arrivent tout ficelés avec les questions, les réponses, et on ne donne pas de place au questionnement des agents. Lorsqu'on ferme une unité de jour comme Cher Ado, pour mettre les professionnels sur d'autres unités pour palier aux absences et qu'on sacrifie les enfants qui viennent en accueil de jour  pour les laisser dans leurs familles alors qu'ils  ont fait l'objet de placements, vous voyez bien que cela ne va pas." 

Toufik Drif et Christian Georges, délégués CGT au conseil départemental du Cher
Toufik Drif et Christian Georges, délégués CGT au conseil départemental du Cher © Radio France - Michel Benoit

La CGT réclame le retour du groupe de travail 

Cela freinerait l'initiative individuelle et au final, c'est le projet éducatif pour chaque enfant qui en pâtit, assène Toufik Drif, secrétaire adjoint de la CGT au conseil départemental du Cher, " les agents se retrouvent démunis, impuissants. Ils ont l'impression d'être uniquement là pour surveiller ces enfants. Ce n'est pas là, le rôle premier d'un éducateur qui est de permettre à ces enfants de retrouver une sorte de cadre et cela, ce n'est pas mis en place." Le turn-over est important, les arrêts maladie nombreux... 

La CGT réclame le retour du groupe de travail comme cela a existé il y a trois ans. Un groupe de travail très utile à l'époque estime Christian Georges, "cela a amené un climat un peu plus calme. A l'époque, on avait pu avancer sur le travail de nuit, on évoquait les formation, la mise en place de V.A.E.. On avait aussi obtenu l'achat d'un logiciel de gestion des plannings. Aujourd'hui, les plannings sont un gros problème parce qu'ils sont changés sans arrêt." 

Michel Autissier, président du conseil départemental du Cher
Michel Autissier, président du conseil départemental du Cher © Radio France - Michel Benoit

Le président du conseil départemental reconnait que tout n'est pas parfait au centre départemental de l'enfance et de la famille. Michel Autissier affirme qu'il fallait cependant y remettre de l'ordre avec des habitudes installées qui n'étaient pas forcément les bonnes. Le président attend d'ailleurs les résultats d'un audit extérieur dans les prochaines semaines. L'enfance étant une de ses priorités, affirme t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess