Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bourgogne-Franche-Comté : le prix moyen du foncier varie du simple au double entre les territoires les plus attractifs

Le prix du foncier est très hétérogène en Bourgogne-Franche-Comté. Le niveau de prix des transactions entre particuliers est déterminé par l’attractivité résidentielle et les réserves de logements. Dans l’est de la région, en bordure de la Suisse, les prix y sont donc parmi les plus élevés.

Les bords du Doubs à Besançon.1er mars 2017.
Les bords du Doubs à Besançon.1er mars 2017. © Radio France - Blandine Costentin

Franche-Comté, France

Selon l'Insee, c'est l'attractivité résidentielle ainsi que les réserves de logements qui déterminent en partie le niveau de prix des transactions immobilières entre particuliers

Dans extrême est de la région, en bordure de la Suisse, la tension démographique est forte. Les prix y sont parmi les plus élevés de l'immobilier régional. Au nord-ouest, frontalière de la Seine-et-Marne, les prix sont également élevés et semblables à ceux pratiqués dans le département voisin du Loiret, mais ils restent largement en deçà des prix franciliens. A l'ouest de la région (Nièvre) et encore plus au nord (Yonne et Côte-d'Or), les prix sont modérés, voire modestes. Peu attractifs car peu reliés à de grands pôles d’emploi, ces territoires connaissent un déclin démographique qui se traduit par une faible demande de logements et un coût de l’immobilier inférieur au reste de la région.

Prix les plus élevés à Besançon et Dijon, mais aussi à proximité de la Suisse

D'un prix moyen d’un peu plus de 700 € du m² dans la zone dijonnaise au nord de la Tille, le prix de l'immobilier atteint plus de 1.500 € du m² dans les zones les plus attractives de la région. Sans surprise, les prix les plus forts s’observent d’abord dans les "cœurs urbains". Exemples : Dijon et Besançon, où ils peuvent dépasser localement 2.000 €/ m². Mais c'est aussi le cas le long de la frontière avec la Suisse, où le nombre de logements recherché est très important, mais pâtit du relief montagneux. C'est d'ailleurs près de Pontarlier que les prix sont les plus élevés de toute la région : ils peuvent dépasser 2.200 €/ m², c'est-à-dire atteindre des niveaux comparables à ceux de certains départements franciliens.

L'est du Territoire de Belfort et le sud du Jura attractifs grâce à Mulhouse et Lyon

Mais dans l'est du Territoire de Belfort, dans le sud du Jura et dans le sud de la Saône-et-Loire, le prix moyen est élevé aussi : entre 1.400 € et 1.600 €, identique aux prix observés dans des villes comme Belfort et Mâcon, ou dans les couronnes périurbaines de Dijon et Besançon. Cela est dû à la croissance démographique soutenue dans les régions de Mulhouse et de Lyon. Conséquence, le marché du logement est sous tension et les prix grimpent.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu