Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

Les Brasseurs Savoyards s'en sortent plutôt bien, malgré la crise

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

60 % de croissance ces cinq dernières années... Dont seulement 5 % en 2020. L'entreprise des Brasseurs Savoyards s'en sort quand même malgré la crise, grâce aux particuliers qui augmentent leur consommation de bière locale et bio.

Les Brasseurs savoyards ont connu 5 % de croissance en 2020
Les Brasseurs savoyards ont connu 5 % de croissance en 2020

La bière fait-elle partie des gagnants du confinement ? Du côté des Brasseurs Savoyards en tout cas, la croissance ne s'est pas arrêtée pendant l'année 2020, même si elle a fortement ralenti. Antoine Onorati est le co-fondateur des Brasseurs Savoyards. 

France Bleu Pays de Savoie - 60 % de croissance, c'est énorme en cette période de crise, comment vous l'expliquez ?

Antoine Onorati - C'est en effet une très belle croissance qu'on a connu sur les cinq dernières années. Evidemment l'année 2020 a été beaucoup plus compliquée, on est sur un taux de croissance de l'ordre de 5 %, ce qui est beaucoup plus faible que ce que l'on escomptait initialement. On l'explique par l'engouement particulier qu'il y a aujourd'hui autour de la bière artisanale, et encore plus autour de la bière bio puisque tous nos produits fabriqués ici à la brasserie sont 100 % bio.

Est-ce qu'on peut voir un lien entre cette baisse et la fermeture des remontées mécaniques ? 

Oui il y a de ça. Un tiers de notre activité dépend directement des cafés, hôtels et restaurants. Donc quatre à cinq mois de fermeture en 2020, c'est autant de manque à gagner du chiffre d'affaires sur ce réseau-là. Plus, évidemment, cette saison d'hiver : tous les magasins de produits régionaux et superettes qui sont en station et qui ont très peu fonctionné cette année, voire pas ouvert du tout.

Donc si on fait un résumé de vos ventes cette année : elles ont augmenté auprès du particulier mais baissé lorsqu'elles sont liées aux cafés, hôtels et restaurants ? 

C'est ça, exactement. Les cafés, hôtels et restaurants représentent en général 35 % de notre chiffre d'affaires. En 2020, ça n'a été que 25 %. Malgré cette baisse initiative dans notre activité, on a quand même connu une petite croissance. D'autres cannaux de distribution ont pris le relai. Habituellement, tous magasins confondus, on est autour de 60 % des ventes de la brasserie. En 2020, c'est monté à plus de 70 %.

Et en ce moment vous investissez, vous avez des projets futurs ? 

Il y a d'une part les investissements, qui pour la plupart ont été repoussés d'un an. On a aussi tout le côté innovation. On sort notamment une eau gazeuse alcoolisée aromatisée, le 1er mars, qui vient des Etats-Unis. Le marché nous fait croire qu'il y aura de nouvelles tendances de consommation qui iront vers ce produit, qui s'appelle le hard seltzer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess