Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Bressuire : 18 postes supprimés chez Majencia, le leader de la fabrication de bureau

-
Par , , France Bleu Poitou

Ils ne savent pas encore quels postes vont disparaître, mais l'inquiétude est bien là pour les 78 salariés. Le repreneur va supprimer 18 emplois à Bressuire, l'une de ses trois usines en France.

Illustration : l'usine Majencia de Noyon en 2009.
Illustration : l'usine Majencia de Noyon en 2009. © Maxppp - Arnaud Dumontier

Bressuire, France

Ils savent qui les rachète, mais ils ne savent pas encore qui va être licencié. C'est la situation éprouvante dans laquelle se retrouvent les 78 salariés de Majencia, à Bressuire (Deux-Sèvres). Vendredi 10 mai, le tribunal de commerce de Nanterre a choisi le groupe polonais "Novy Stilh" pour reprendre les trois sites de production du leader français de la fabrication de mobiliers de bureau.

La direction est informée mais pas les salariés

Le repreneur s'est engagé à conserver 266 des 300 emplois sur l'ensemble du groupe. A Bressuire, 18 emplois vont donc disparaître. La direction connait les postes concernés, mais pas les salariés. La production a repris normalement après trois semaines d'interruption, mais l'inquiétude est présente reconnait l'un des élus du personnel. 

Un appel au volontariat a été lancé mais on ne sait pas si les candidats au départ sont suffisamment nombreux. La direction doit envoyer avant la fin du mois les lettres de licenciement. Certains craignent une éventuelle délocalisation de la production en Pologne passée la période de deux ans pendant laquelle le repreneur n'a pas le droit de licencier.