Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Un bateau-drone pourrait remplacer les chasseurs de mines, une innovation de Thales Brest

Un drone de surface, développé par Thales, était en démonstration ce vendredi en rade de Brest. Ce bateau sans pilote, totalement télécommandé, largue et récupère des sonars dans la lutte contre les mines. Les marines française et britannique vont le tester à partir de 2020.

Le drone de surface conçu par Thales, en démonstration dans la rade de Brest
Le drone de surface conçu par Thales, en démonstration dans la rade de Brest © Radio France - Valérie Le Nigen

Brest, France

Le temps n'est pas au beau fixe en ce moment dans la rade de Brest. Mais évidemment, ce type de drone est prévu pour y faire face. Thales a organisé ce vendredi matin dans la rade de Brest une démonstration d'un prototype de drone de surface. Ce drone peut larguer et récupérer des sonars pour localiser les mines. La démonstration en mer s'est déroulée avec pilote car la législation ne permet pas encore de s'en passer. Elle a été suivie par une démonstration en bassin. 

Remplacer les chasseurs de mine

"Aujourd'hui, la plupart des chasseurs de mines sont en bout de course" constate Guy Le Bihan, directeur technique du programme, basé à Thales Brest. " Or, nous proposons un drone de surface qui largue et récupère des sonars avec précision. Cela a deux avantages : éviter les risques pour les marins et réduire les coûts. Alors évidemment, cela peut intéresser des marines dans le monde entier. "

Une adaptation de la législation ?

A court terme, ce drone ne peut pas être utilisé en France. La législation ne permet pas encore aux bateaux de naviguer sans pilote, mais Guy Le Bihan est confiant : "il y a un cluster maritime qui est en cours et qui est piloté par Thales. Il y en a d'autres au niveau européen et au niveau mondial et ça avance à grand pas. "

Une fierté brestoise, et peut-être des répercussions pour l'emploi

Ce prototype sera testé par les marines française et britannique à partir d'avril 2020. Ensuite, Thales, qui emploie 80 000 personnes dans le monde dont 1100 à Brest, espère pouvoir en réaliser une série pour la marine française et une série pour la marine britannique. Et évidemment, à d'autres marines dans un deuxième temps. "C'est une grande fierté pour Brest car ce prototype est unique au monde" sourit Guy Le Bihan. "Et évidemment, lorsqu'on aura plusieurs systèmes à fournir, l'impact sera bénéfique pour Brest. "