Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Bretagne : du gazole à 3 euros le litre en pleine pénurie

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu

Drôle de surprise pour les clients de la station essence d'une supérette d'Ergué-Gabéric, près de Quimper (Finistère). Dimanche 1er décembre, en pleine pénurie de carburant, ils ont payé leur gazole 3 euros le litre. Le magasin affirme que la station était fermée et l'accès bloqué.

La station d'Ergué-Gabéric affichait ce prix élevé en pleine pénurie. (illustration)
La station d'Ergué-Gabéric affichait ce prix élevé en pleine pénurie. (illustration) © Radio France - Annaïg Haute

Ergué-Gabéric, France

27 euros pour 9 litres de gazole... La facture a du mal à passer pour Magalie. Cette bretonne est allée faire le plein à Ergué-Gabéric (Finistère), dimanche 1er décembre, alors que la pénurie de carburant battait son plein.

3 euros le litre de gazole

Dans un post publié sur Facebook, elle dénonce le prix qu'elle a payé, et affiche son ticket de caisse comme preuve. Sur le morceau de papier, on peut lire que le gazole est à 3 euros le litre. Elle affirme qu'elle a appelé le magasin, et qu'on lui aurait répondu que c'était la fin de la cuve, et que 75 litres ont été vendus à ce prix là. 

La station fermée ?

Contacté par France Bleu, le Carrefour Market a commencé par nier les dires de sa cliente, avant de déclarer que la station était fermée par des rubalises, le dimanche en question, et que les automobilistes n'auraient pas dû s'y engager. Elle précise que le prix du carburant avait été augmenté, pour décourager les gens qui auraient voulu se servir en fond de cuve, ce qui est mauvais pour les moteurs. 

Magali ne digère pas ses explications et affirme de son côté que la pompe où elle s'est servie semblait ouverte : "Dans ce cas là, marquez "hors service", comme tout le monde. J'ai vu la queue, on m'a dit il y a du carburant, alors j'ai pris mon tour. Effectivement les pompes de droite étaient fermées mais pas celle de gauche."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu