Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Bretagne : la vente des huîtres en chute libre alors que "les produits sont bons pour la santé"

En Bretagne, les ostréiculteurs sont inquiets car les ventes d'huîtres sont en forte baisse depuis le début du confinement lié à l'épidémie de coronavirus. Les consommateurs s'orientent vers des aliments de première nécessité. Pourtant c'est un produit sain rappellent les professionnels.

Vue aérienne de parcs à huitres à Plouguerneau dans le Nord Finistère Vue aérienne de parcs à huitres à Plouguerneau dans le Nord Finistère
Vue aérienne de parcs à huitres à Plouguerneau dans le Nord Finistère © Maxppp - Vicent Isore

"Les gens mangent en ce moment des pâtes et du riz, mais pas des huîtres" regrette Philippe le Gal, ostréiculteur à Surzur (Morbihan) et président du Comité national de la conchyliculture. Les entreprises du secteur souffrent avec déjà du chômage partiel qui touche près de 150 salariés en Bretagne sud (de l'estuaire de la Loire jusqu'à Brest).  "On n'a aucune visibilité sur l'avenir et beaucoup d'incertitudes" explique Philippe le Gal.

Publicité
Logo France Bleu

la commercialisation est à l'arrêt . 90% des ventes en moyennes et grandes surfaces sont stoppées - Philippe le Gal ostréiculteur

Plusieurs mesures ont été prises par le gouvernement pour aider les plus petites entreprises comme les délais de paiement pour les charges sociales et fiscales ou le report des factures d'électricité et du gaz. A cela se rajoute le prêt garanti par l'Etat pour soutenir les trésoreries des entreprises et qui pourra représenter jusqu'à trois mois de chiffres d'affaires 2019. Afin de connaitre les entreprises les plus fragiles, des questionnaires viennent d'être adressés aux professionnels par le Comité national de conchyliculture.

Une deuxième crise en quelques mois

"On subit une deuxième crise en quatre mois seulement" rappelle Jacques Carrer président du syndicat ostréicole de la ria d'Etel et ostréiculteur à Sainte-Hélène (Morbihan). Avant les fêtes de fin d'année de 2019, certaines exploitations ont été touchées par le norovirus (le virus de la gastro-entérite) "avec une chute des cours en décembre et des ventes en forte baisse". "Pour nous qui sommes installés depuis longtemps, on fait face" précise Jacques Carrer " mais pour les jeunes qui viennent d'arriver, c'est un peu la panique. Sur les marchés, quand ils sont encore ouverts, on ne trouve plus notre clientèle d'un certain âge qui préfère rester chez elle par peur du virus".  C'est pour cela aussi que certains professionnels développent la vente directe avec toute les précautions sanitaires qui s'imposent.

Un produit bon pour la santé

"Nos produits sont bons pour la santé" assure Philippe le Gal président du Comité national de la conchyliculture "c'est un véritable plaisir pour le consommateur. Quand il sera saturé de pâtes et de riz, on espère qu'il va revenir vers nos huîtres". Heureusement, les huîtres ne se perdent pas, elles restent dans les parcs en attendant des jours meilleurs.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu