Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Brexit

Brexit : tout est prêt à Dieppe mais des incertitudes persistent

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le Royaume-Uni quitte l'Union européenne ce vendredi 31 janvier 2020. Une sortie à laquelle se prépare le port de Dieppe depuis des mois. Mais de nombreuses questions restent en suspens.

Bruno Belliard a investi dans un nouveau logiciel de déclaration des douanes pour continuer à faire traverser ses camions après le Brexit.
Bruno Belliard a investi dans un nouveau logiciel de déclaration des douanes pour continuer à faire traverser ses camions après le Brexit. © Radio France - Noémie Lair

Sur la zone transmanche du port de Dieppe, tout est prêt pour accueillir les camions et les voyageurs post-Brexit. Le Royaume-Uni sort de l'Union européenne ce vendredi 31 janvier 2020, à minuit. Une sortie qui ne s'applique pas directement puisque pendant 11 mois, jusqu'à la fin de l'année, les Britanniques sont en négociationavec l'UE pour trouver des accords commerciaux.

D'ici là, rien ne change pour les traversées de la Manche. Mais le Brexit a été si souvent reporté que le port de Dieppe s'y prépare depuis déjà de nombreux mois et est même en avance.

Des installations inutilisées pour le moment

"À l'arrivée des bateaux dans la zone transmanche, on a installé un panneau avec des files de différentes couleurs pour indiquer aux camions et aux voitures où aller", explique Jean-Christophe Lemaire, vice-président de port de Normandie.

Des panneaux comme celui-ci ont été installés jusqu’au Hangar d’Afrique.
Des panneaux comme celui-ci ont été installés jusqu’au Hangar d’Afrique. © Radio France - Noémie Lair

Juste à côté, un bungalow a été construit pour le contrôle des animaux domestiques

Des installations qui ne vont pas servir avant la fin des 11 mois de négociations. "Mais ce qui est important, c'est d’être prêt, dans l'hypothèse où un accord serait trouvé rapidement ou s'il y a un Brexit dur", estime Jean-Christophe Lemaire.

750 000 euros d’investissement 

Au Hangar d'Afrique, à quelques kilomètres, c'est la même chose : les installations ne seront pas tout de suite utilisées. C'est ici qu'auront lieu les contrôles plus approfondis. "Nous avons cinq zones de contrôles en fonction de la nature des produits, avec à chaque fois une zone de déchargement, une autre de vérification des produits, des boxes pour les vétérinaires, les contrôles phytosanitaires ou les douaniers." Des conteneurs réfrigérés ont aussi été installés.

Tout est prêt également pour accueillir les 600 chevaux qui traversent la Manche chaque année.

Ces abris pour chevaux vont rester vides pendant encore 11 mois.
Ces abris pour chevaux vont rester vides pendant encore 11 mois. © Radio France - Noémie Lair

Au total, 750 000 euros ont été investis par le port de Dieppe. Et ce n'est pas fini puisque d'autres aménagements, plus pérennes, sont en projet sur la zone Eurochannel.

L’incertitude en attendant les accords

Du côté des transporteurs aussi, des adaptations ont eu lieu. Bruno Belliard, dirigeant d’Euro Channel Logisitics, s'attend à devoir faire des déclarations de douanes à partir du 1er janvier 2021. "Ce qui va changer pour nous, c'est le travail administratif qui consistera à préparer en amont les déclarations de douanes de nos clients." Il a donc investi dans un logiciel pour faire ces déclarations et une de ses collaboratrices a suivi une formation pendant un an pour être déclarante en douanes.

Il est donc lui aussi prêt pour le Brexit. Sa seule crainte est que les contrôles retardent voire bloquent ses camions.

De chaque côté de la Manche, les accords sont très attendus.
De chaque côté de la Manche, les accords sont très attendus. © Radio France - Noémie Lair

Les usagers du transmanche ont eux aussi quelques inquiétudes. Rien ne change non plus pour eux pour le moment mais ils ne savent pas ce que le Royaume-Uni parviendra à négocier.

"Les Anglais qui habitent ici se demandent s'ils vont pouvoir continuer à habiter en France, garder leur sécurité sociale, s'ils n'ont pas intérêt à vendre leur maison, indique Pierre Marlin, le président de Tug horizon, l'association des usagers du ferry. Idem pour les Français qui travaillent en Angleterre. Ils ne savent pas s'ils vont avoir besoin d'un permis de séjour, pouvoir travailler, dans quelles conditions leurs retraites seront basculées ici. Bref, le Brexit n'est pas terminé et on va en entendre parler pendant un bon bout de temps !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess