Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Brexit

Brexit : "On doit se plonger dans des sujets qu'on ne connaît pas" : l'inquiétude des entreprises nordistes

-
Par , France Bleu Nord

Depuis ce vendredi, les contrôles à la frontière sont rétablis entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. Les entreprises des Hauts-de-France s'inquiètent des conséquences administratives, très lourdes et contraignantes.

Arthur Duhamel, qui importe 300 tonnes de produits anglais par an, dans sa boutique du Touquet.
Arthur Duhamel, qui importe 300 tonnes de produits anglais par an, dans sa boutique du Touquet. © Radio France - Soizic Bour

Ça y'est le Brexit est effectif depuis ce jeudi 31 décembre 2020 à minuit. Un divorce qui s'accompagne de changements pour les entreprises. Les frontières douanières rétablies, les sociétés doivent maintenant remplir des formulaires à chaque commande. Exporter ou importer va donc être un peu plus contraignant. Et pour certaines des 8 000 entreprises des Hauts-de-France qui commercent avec le Royaume-Uni, les conséquences sont lourdes : pas forcément bien préparées, elles se noient sous la paperasse administrative et s'inquiètent pour la suite. 

Avec la crise sanitaire, difficile d'embaucher

Comme Arthur Duhamel, qui fait de l'import avec le Royaume-Uni. Il achète surtout des fromages anglais, qu'il distribue à plusieurs clients et qu'il vend aussi, dans sa boutique du Touquet. "On doit se plonger dans des sujets qu'on ne connaît pas, qu'on ne maîtrise pas bien", explique-t-il. "En plus, avec la crise sanitaire, tous mes employés sont au chômage partiel et la conjoncture n'est pas vraiment très bonne pour embaucher quelqu'un qui s'occuperait exclusivement de l'administratif". 

Un casse-tête pour les transporteurs

Le directeur commercial de Jetfreeze Nicolas Merlot (2e sur la droite) et quelque-uns ses chauffeurs.
Le directeur commercial de Jetfreeze Nicolas Merlot (2e sur la droite) et quelque-uns ses chauffeurs. © Radio France - Soizic Bour

Le Brexit est aussi très compliqué pour les transporteurs. Nicolas Merlot, directeur commercial chez Jetfreeze, une entreprise basée à Boulogne, s'inquiète des délais de livraisons, puisque les déclarations de douane ne pourront se faire que pendant les heures ouvrables des bureaux des agents : "Si je ramasse de la marchandise en Belgique, le lundi à 14 heures, que je lance ma déclaration dans les horaires d'ouverture du bureau, c'est à dire avant 17h30, les douaniers sont en droit de  me demander de voir la marchandise. Moi si mon flux arrive sur ma plateforme de Boulogne à 19 heures, je ne peux pas lancer ma déclaration", affirme-t-il.

Jérôme Pont, dans sa boutique Calais Vin, le 2 janvier 2021.
Jérôme Pont, dans sa boutique Calais Vin, le 2 janvier 2021. © Radio France - Soizic Bour

Jérôme Pont, directeur de Calais Vin, qui possède deux boutiques spécialisées, s'inquiète lui d'une nouvelle mesure : depuis vendredi, les britanniques ne peuvent ramener que 24 bouteilles d'alcool, contre 120 avant le divorce. Pour palier le manque à gagner il a donc décidé de lancer dans la livraison outre manche, en ouvrant son site Internet aux britanniques. Mais il ne sait pas très bien comment ça va se passer à la douane : "Est-ce que finalement la tolérance des 24 bouteilles va s'appliquer aussi sur de l'envoi ou cet envoi sera soumis à une déclaration douanière, c'est encore une question qui reste à affiner", explique-t-il. 

Les premiers mois vont permettre aux entreprises de se rôder pour ces échanges commerciaux d'un genre nouveau avec nos voisins, qui restent le troisième client de la région en matière d'exportations

Choix de la station

À venir dansDanssecondess