Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Brexit : tout est prêt, au tunnel sous la Manche

-
Par , France Bleu Nord

Sauf nouveau rebondissement, le Brexit, c’est dans un mois ! L’heure est donc aux derniers préparatifs dans les ports de Dunkerque et Calais et au tunnel sous la Manche. Les reports successifs ont permis d’affiner le dispositif, en cas de sortie de départ des Britanniques, sans accord.

Au "pit-stop" d'entrée du tunnel sous la Manche, les contrôles supplémentaires en cas de Brexit dur ne devraient rajouter que 3 minutes, à ceux qui existent déjà (migrants, drogue, explosifs...).
Au "pit-stop" d'entrée du tunnel sous la Manche, les contrôles supplémentaires en cas de Brexit dur ne devraient rajouter que 3 minutes, à ceux qui existent déjà (migrants, drogue, explosifs...). © Radio France - Matthieu Darriet

Au tunnel sous la Manche, pour les camions qui arriveront d’Angleterre, tout va se jouer en quelques secondes, raconte in situ, au coeur du site à Coquelles (62), Anne-Laure Desclèves, la porte-parole d’Eurotunnel : "Chaque camion qui arrive ici voit sa plaque d'immatriculation être lue, par deux caméras. Nous sommes devant un panneau qui, en cas de Brexit dur, indiquera au camion s'il doit emprunter la voix dit verte - c'est-à-dire que les autorités n'ont pas besoin de faire de contrôles complémentaires- ou une voix dit orange -qui orientera le camion vers une zone organisée par les autorités pour faire des contrôles complémentaires."

En arrivant de Grande-Bretagne, les camions seront identifiés par caméras, puis seront dirigés vers la file orange, si douaniers ou vétérinaires veulent les contrôler.
En arrivant de Grande-Bretagne, les camions seront identifiés par caméras, puis seront dirigés vers la file orange, si douaniers ou vétérinaires veulent les contrôler. © Radio France - Matthieu Darriet

Ensuite, grâce à un marquage au sol, le camion "orange" est dirigé vers les locaux aménagés pour les douaniers et vétérinaires. Des agents d'Eurotunnel accueilleront d'abord ces routiers mis de côté, pour leur expliquer pourquoi et qui veut les contrôler. 

Des bureaux et quais de déchargements, avec frigo, ont été aménagés pour permettre des contrôles douaniers et vétérinaires rapides, en cas de Brexit dur.
Des bureaux et quais de déchargements, avec frigo, ont été aménagés pour permettre des contrôles douaniers et vétérinaires rapides, en cas de Brexit dur. © Radio France - Matthieu Darriet

10 minutes de contrôles en arrivant au tunnel

Inversement, tout camion qui arrive au tunnel, par la France, passe par le "pit-stop", comme pour un arrêt au stand en formule 1, raconte Mélissa Demazelle, sa responsable : "Le pit-stop consiste à contrôler l'intégralité du trafic fret. En prévision du Brexit, pour garder le rythme, on est passé de 7 à 10 voies, donc nous pouvons contrôler, en même temps, une vingtaine de camions."

Aujourd'hui les contrôles durent environ 7 minutes ; demain, il faut s'attendre à 10 minutes, avec les deux agents Brexit en plus.

A l'entrée du tunnel sous la Manche, au "pit-stop", deux agents Brexit viendront s'ajouter aux contrôles habituels,  pour scanner la déclaration douanière des camions. Impossible de passer sans elle.
A l'entrée du tunnel sous la Manche, au "pit-stop", deux agents Brexit viendront s'ajouter aux contrôles habituels, pour scanner la déclaration douanière des camions. Impossible de passer sans elle. © Radio France - Matthieu Darriet

Ces agents seront chargés de récupérer, de la main des chauffeurs, le numéro de déclaration douanière, de le scanner et de le faire correspondre avec la plaque d'immatriculation des camions. C'est très rapide. L’enjeu est donc que les camions fassent bien leurs déclarations, en ligne, avant d’arriver sur le site. Les plus gros transporteurs, ceux qui génèrent 80% du trafic sont largement prêts. Pour les autres, un parking d’attente est en cours de travaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess