Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bridgestone : après la mobilisation devant l'usine, les salariés maintiennent la pression à l'intérieur

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Depuis le 16 septembre, date de l'annonce de la fermeture programmée de leur usine, les salariés de Bridgestone privilégiaient la voie de la négociation. Depuis vendredi dernier ils sont décidés à mettre la pression. Ce 1er décembre ils ont exigé des explications de la part du directeur de l'usine.

Vendredi dernier ils se réunissaient devant leur usine, ce mardi 1er décembre les Bridgestone maintiennent la pression à l'intérieur du site
Vendredi dernier ils se réunissaient devant leur usine, ce mardi 1er décembre les Bridgestone maintiennent la pression à l'intérieur du site © Radio France - Claire Mesureur

Après des semaines de calme au cours desquelles les 863 salariés de l'usine Bridgestone de Béthune ont laissé à leurs représentants le soin de négocier un PSE digne de ce nom, ils sont décidés désormais à faire monter la pression. La semaine dernière, et pour la première fois depuis le 16 septembre, date à laquelle l'annonce de la fermeture programmée du site était annoncée officiellement, ils se sont mobilisés devant les grilles de l'usine.

Ce mardi matin, 1er décembre, c'est en interne qu'ils ont haussé le ton vis-à-vis de leur direction: vers 10h30, une centaine de salariés a quitté les chaînes de montage pour aller à la rencontre du directeur chargé de la mise en place du PSE.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

A l'origine de la colère, les conditions de départ en préretraite pour les plus anciens. "A la demande de l'ensemble des salariés, nous vous demandons de poursuivre les discussions relatives au dispositif de préretraite, dans des conditions sereines et apaisées" écrit l'intersyndicale à l'adresse du directeur de l'usine.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les ouvriers en colère sont allés chercher leur directeur dans son bureau afin qu'il s'explique lors d'une assemblée générale improvisée dans la cantine. "Nous souhaitons vivement qu'une situation comme celle que nous avons vécue ce matin, qui traduit le désarroi des salariés, ne se reproduise pas".

Et l'intersyndicale conclut son propos par un avertissement : "Nous n'évoquerons pas d'autre sujet, tant que les discussions sur les préretraites n'auront pas été menées à leur terme".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess