Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Le combat des salariés de GM&S Industry pour sauver leurs emplois en Creuse

Bruno Le Maire optimiste sur la survie de GM&S à la Souterraine

mercredi 19 juillet 2017 à 15:50 - Mis à jour le mercredi 19 juillet 2017 à 16:20 Par Faouzi Tritah et Audrey Tison, France Bleu Berry, France Bleu Creuse, France Bleu Limousin et France Bleu

"Je peux vous garantir la pérennité du site de La Souterraine", a dit le ministre de l'Économie et des Finances, en visite ce mercredi en Creuse. Il se dit confiant pour la reprise par le groupe GMD, sur laquelle le tribunal tranchera lundi. Pas de quoi rassurer totalement les salariés..

Bruno le Maire en visite chez GM et S à la Souterraine
Bruno le Maire en visite chez GM et S à la Souterraine © Radio France - Audrey Tison

La Souterraine, France

Alors que le tribunal de commerce de Poitiers ne rendra sa décision que lundi 24 juillet sur l'avenir de GM et S, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire est venu sur le site de l'usine GM et S de La Souterraine ce mercredi après-midi. Il espérait rencontrer les salariés qui bloquent le site de Renault à Villeroy, mais les ouvriers mobilisés dans l'Yonne n'ont pas fait le déplacement. Ils ne voulaient pas lever leur blocage et proposait au ministre de venir de l'Yonne, sans succès. Bruno Le Maire a préféré aller sur le site creusois avec Benjamin Griveaux, le secrétaire d'état auprès du ministre de l'économie ainsi que Jean-Baptiste Moreau le député de la Creuse.

Très optimiste, Bruno Le Maire a annoncé que la reprise de GM et S était "garantie" . Ce n'est que mardi soir que PSA a donné son accord "pour 5 millions d'euros d'investissement", c'est la principale information que le Ministre est venu donner. Avec les 5 millions de Renault et les 5 millions de l'Etat, la somme de 15 millions d'euros d'investissement est réunie, c'était une condition posée par le repreneur potentiel GMD, avant de se décider.

Je peux vous garantir la pérennité du site de La Souterraine, nous avons la garantie d'un investissement à hauteur de 15 millions pour des machines nouvelles - Bruno Le Maire

Bruno Le Maire a également assuré sur place "nous n’abandonnerons personne", promettant un reclassement ou une formation pour chacun des 157 salariés qui seraient licenciées. L'aide à la formation serait exceptionnellement doublée : 5.000 euros par personne, pour tenir compte du peu de travail en Creuse. Des salariés sur place lui ont demandé "une reprise avec plus de monde, des centaines de familles sont en jeu". Le Ministre a répondu qu'il fallait être réaliste, et qu'il espérait bien que l'activité de l'usine permettrait de réembaucher par la suite.

Tout ça pour ça ! - réaction des salariés, après la visite

Tout celà n'a pas vraiment rassuré les salariés, en lutte pour sauver leur usine depuis six mois. Ils espéraient que le Ministre viendrait avec de meilleures nouvelles, par exemple un nombre supérieur de salariés repris. Avec une moyenne d'âge de 50 ans, la plupart sont convaincus qu'ils ne retrouveront pas de travail dans la région, où les entreprises privées embauchent peu. C'est pour celà qu'ils continuent à réclamer des primes de licenciement pour ceux qui resteront sur le carreau. Là dessus, il n'y a pas d'avancée, personne ne veut payer plusieurs dizaines de milliers euros par personne.

GM et S est en liquidation judiciaire depuis le 30 juin. Une seule offre de reprise a été déposée, par le numéro un français de l'emboutissage GMD, qui propose de reprendre 120 salariés sur 277.