Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

BTP et industrie : en Normandie, l'activité reprend peu à peu mais les inquiétudes demeurent

Depuis ce lundi 23 mars, dans la Manche, l'Orne et le Calvados, certaines entreprises redémarrent leur activité dans le secteur industriel et dans le bâtiment, dans un climat "pesant", entre incompréhension des salariés et dilemme pour les patrons.

Après l'accord trouvé ce week-end, certains chantiers pourraient reprendre dans les jours qui viennent.
Après l'accord trouvé ce week-end, certains chantiers pourraient reprendre dans les jours qui viennent. © Maxppp - Maxppp

Le gouvernement et les fédérations professionnelles du bâtiment ont trouvé un accord ce week-end pour relancer certains chantiers. Du coup, depuis lundi matin, certaines entreprises rouvrent et certains magasins de matériel qui les approvisionnent, également. 

Mais pour beaucoup, "c'est encore le flou", comme Nadine Pinson, qui gère une entreprise de menuiserie à Romagny Fontenay dans le sud-Manche, où elle emploie une vingtaine de salariés. Elle vient d'écrire une lettre ouverte à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui a demandé aux entreprises de BTP de se remettre au travail. Rouvrir oui, mais pas dans n'importe quelles conditions, s'énerve Nadine Pinson :

Nadine Pinson, gérante d'une entreprise de menuiserie de la Manche

La reprise, un dilemme

Dans le secteur industriel également, l'activité a tendance à redémarrer également, une fois les mesures de protection mises en place. C'est le cas par exemple à Tsein, usine de tolerie, à Cresserons dans le Calvados. 

J'ai décidé de rouvrir pour deux raisons : la pression des clients, qui progressivement nous annulaient des commandes alors que nous avions la chance d'avoir un carnet de commandes assez garni. Et la deuxième, c'est l'inquiétude des équipes, car on a beaucoup d'incertitude sur la mise en place du chômage partiel, dans notre secteur", explique Jérôme Lesachey, qui dirige cette entreprise de 70 salariés.

On a beau prendre beaucoup de mesures de précautions pour nos salariés, "le climat est pesant" poursuit ce patron qui aurait préféré des mesures plus drastiques, ou en tout cas plus claires de la part du gouvernement.

L'incompréhension de nombreux salariés

"Restez chez vous... ca vaut pour les autres, mais pas pour nous", s'inquiètent des salariés qui reprennent le chemin du travail cette semaine. "C'est n'importe quoi car on n'a pas atteint le pic de l'épidémie. Alors travailler à plusieurs sur un chantier ou se retrouver à trois dans un camion pour y aller, c'est pas très prudent", témoigne Bastien, menuisier. "Mais on n' a pas vraiment le choix, c'est ça ou poser des congés", regrette à son tour un chauffeur livreur manchois. Lui travaille pour un magasin de matériel qui approvisionne les professionnels et qui rouvre ses portes également cette semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu