Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Fermons les commissariats", "service minimum" : en colère, des syndicats de policiers appellent à l'action dès ce mardi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Les syndicats de policiers appellent à la mobilisation, dès ce mardi. Ils espèrent obtenir du gouvernement de meilleures conditions de travail et de rémunération, et seront reçus au ministère de l'Intérieur ce mardi soir.

Des policiers mobilisés (illustration)
Des policiers mobilisés (illustration) © Maxppp -

Le syndicat Alliance appelle à une "journée noire pour la police" ce mercredi. "Pour cette première journée d'action, les policiers sont conviés à rester dans les services et à ne répondre qu'aux appels d'urgence", a affirmé Alliance dans un communiqué. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Ne répondre qu'aux appels d'urgence mercredi

Avec cet appel à une "journée noire pour la police", Alliance Police nationale réclame au président de la République un "plan Marshall" et un effort conséquent "dès le 1er janvier 2019", menaçant de reconduire ce type d'actions si rien n'est fait. 

Le syndicat demande également aux députés de ne pas voter le budget 2019 pour les forces de sécurité, jeudi. Un budget qui "subit une baisse de 62 millions d’euros (...) ce qui engendrera une fois de plus une dégradation de nos conditions de travail".

Rappelant "l'engagement sans faille" des policiers - notamment dans les dernières semaines - le syndicat exige un "retour immédiat sur investissement" et demande "à tous les policiers de France de ne sortir que sur appel le mercredi 19 décembre". Les policiers sont conviés à rester dans les services et à ne répondre qu’aux appels d’urgence. La mobilisation des "gilets jaunes" depuis le 17 novembre puis l'attentat survenu à Strasbourg mardi dernier, ont soumis les forces de l'ordre à une intense activité opérationnelle. 

La corvéabilité à merci de l'ensemble de nos policiers ça a un prix, ça se paye" - le secrétaire d'Alliance en Nouvelle-Aquitaine 

"Nos collègues sont surexploités depuis le 17 novembre. Avant on avait déjà des soucis, mais depuis le 17 novembre, ça s'accumule : les gilets jaunes, les lycéens, les visites de ministres en tous genre, les visites présidentielles. La corvéabilité à merci de l'ensemble de nos policiers ça a un prix, ça se paye, et aujourd'hui Alliance Police Nationale dit stop", a indiqué sur franceinfo Eric Marrocq, le secrétaire régional du syndicat Alliance Police Nationale en Nouvelle-Aquitaine.

D'autres syndicats rejoignent le mouvement 

Un autre syndicat, Unité-SGP-FO,  a également déploré lundi des "policiers à bout" et a appelé à "l'acte 1 de la colère des forces de l'ordre".

Le syndicat UNSA Police appelle pour sa part, dans un communiqué, les forces de l'ordre à un service minimum à partir de ce mardi, dans l'attente d'être reçu par Emmanuel Macron, "pour lui porter les légitimes revendications de tous les policiers". Les policiers sont appelés par UNSA Police à "ne pas verbaliser" les contrevenants, tout en continuant d'assurer leurs missions de police-secours. "Les ronds-points ne sont pas réservés qu'aux seuls gilets jaunes", indique le syndicat dans son communiqué, appelant dès mardi à un "service minimum" des policiers, et menaçant ensuite de s'engager dans "d'autres actions".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Un rassemblement des "gyros bleus" jeudi soir 

Un rassemblement baptisé "les Gyros bleus" a également été lancé pour jeudi soir par le mouvement des policiers en colère, un mouvement de policiers apolitique et "asyndical", qui entend dénoncer également des conditions de travail et de rémunération jugées déplorables dans la police. Ce rassemblement est prévu jeudi soir, devant un commissariat du 8e arrondissement de Paris.

Les syndicats reçus au ministère de l'Intérieur

Face au mécontentement, le ministère de l'Intérieur a annoncé mardi midi que les syndicats seraient reçus par Christophe Castaner et Laurent Nuñez, respectivement ministre et secrétaire d'État. Le syndicat Unité-SGP-FO sera reçu à 18h et l'Unsa-Police à 19h, selon les informations de franceinfo. Le syndicat Alliance sera également être reçu dans la soirée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess