Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Budget 2021 : ce qu'il faut retenir du projet présenté par le gouvernement ce lundi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

En pleine crise sanitaire et économique, le gouvernement a dévoilé ce lundi un projet de budget 2021. Adopté en Conseil des ministres, il est centré sur le plan de relance de 100 milliards d'euros annoncé début septembre.

Le ministère de l'Economie et des Finances à Paris
Le ministère de l'Economie et des Finances à Paris © Maxppp - Alexis Sciard

Le gouvernement a présenté ce lundi son projet de budget 2021, dans un contexte de reprise de l'épidémie de coronavirus. Adopté en Conseil des ministres, il donne la priorité à la dépense. Après plus de 460 milliards d'euros mis sur la table pour faire face à la crise sanitaire, le projet de loi de finances est centré sur le plan de relance de 100 milliards d'euros annoncé début septembre. 

"Ce n'est pas parce que les difficultés sanitaires ont repris qu'il faut abandonner l'idée de la relance économique", a expliqué le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. 

42 milliards injectés dans l'économie d'ici fin 2021

D'ici la fin de l'année prochaine, 42 des 100 milliards prévus par le plan de relance seront injectés dans l'économie, selon le projet du gouvernement. "Nous allons veiller attentivement au décaissement rapide" de ces crédits, a promis le ministre de l'Economie.

Un peu plus d'un tiers du plan vise à soutenir les entreprises, à améliorer leur compétitivité et à favoriser la réindustrialisation du pays, notamment via une baisse de 10 milliards d'euros des impôts de production pesant sur les entreprises. Ce sera la principale mesure fiscale de ce budget : soutenir les entreprises afin qu'elles passent le cap de la crise et recommencent à embaucher. Il faut dire que 800.000 suppressions d'emplois sont attendues cette année.

Environ 30 milliards sont également dédiées à l'accélération de la transition écologique, via notamment des aides à la rénovation des logements ou aux transports propres. Enfin, 35 milliards d'euros serviront à financer des mesures de solidarité et de soutien à l'emploi. 

Un rebond espéré de la croissance à 8%

Grâce à ce plan de relance, le gouvernement table sur un rebond du produit intérieur brut (PIB) de 8% l'année prochaine, après une chute historique de 10% attendue cette année. L'exécutif compte notamment sur le plan de relance pour gagner 1,5 point de PIB en 2021.

"Cette prévision est soumise à des aléas importants" à cause de l'évolution sanitaire, prévient Bercy, "le dynamisme de la consommation est incertain". Effectivement, la reprise de l'épidémie de coronavirus ces dernières semaines pourrait mettre à mal les objectifs du gouvernement. 

Un déficit prévu de 6,7%

Pour 2021, le gouvernement envisage un déficit de 6,7% du PIB, après un taux record de 10,2% cette année, en raison surtout des mesures déployées pour lutter contre la crise sanitaire et économique. Le déficit restera donc élevé, avec les dépenses prévues dans le plan de relance et le Ségur de la santé. 

La baisse de la taxe d'habitation débutera également bien l'an prochain pour les ménages les plus aisés. La réduction de l'impôt sur les sociétés est aussi maintenue. Les crédits promis aux ministères de la Défense (augmentation de 1,7 milliard d'euros), de l'Intérieur (hausse de 200 millions d'euros) ou de l'Education sont également confirmés. Celui de la Justice va connaître une hausse importante de 8%, qui permettra de financer 1.500 postes supplémentaires.

Budget 2021 : les gagnants et les perdants
Budget 2021 : les gagnants et les perdants © Visactu

Les effectifs de la Fonction publique vont eux être quasi stables, avec 157 postes de fonctionnaires supprimés sur les 2,35 millions d'agents publics (Etat et opérateurs). Concernant l'objectif déjà revu à la baisse de 10.000 à 11.000 fonctionnaires en moins d'ici la fin du quinquennat, "nous allons devoir le revoir", a indiqué Olivier Dussopt, le ministre des Comptes publics.

Pas de hausse d'impôts

Le gouvernement a assuré qu'il n'y aurait pas de hausse d'impôts. Mais afin de dégager quelques recettes supplémentaires, il a prévu de ponctionner l'organisme de financement du logement social Action logement à hauteur de 1,3 milliard d'euros, et les complémentaires santé vont payer une surtaxe Covid d'un milliard d'euros l'an prochain.

Au total, depuis le début du quinquennat, 45 milliards d'euros de baisses d'impôts ont été décidées pour les ménages et les entreprises.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess