Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Budget 2021 : "Il n'y a pas de levier pour interdire les licenciements", dénonce FO Seine-Maritime

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Au lendemain de la présentation du budget 2021 ce lundi, Yanis Aubert, secrétaire général Force Ouvrière pour la Seine-Maritime, reste sur la même ligne ce mardi sur France Bleu Normandie : "Avec ce plan, il n'y a pas de levier pour interdire les licenciements !"

Le budget 2021 prévoit un plan de relance de 100 milliards sur deux ans
Le budget 2021 prévoit un plan de relance de 100 milliards sur deux ans © Radio France - Lagain Aurelie

Au lendemain de la présentation du budget 2021 dans un contexte de crise inédite, Yanis Aubert, secrétaire général Force Ouvrière pour la Seine-Maritime, réagit ce mardi matin sur France Bleu Normandie, critiquant le plan de relance prévu dans ce budget et jugé trop favorable aux grandes entreprises : "On a critiqué ce plan dès le début, on est sur la même ligne puisque on sait très bien que ce sont les grandes entreprises qui vont en bénéficier et malheureusement, les PME-TPE vont en bénéficier beaucoup moins. Il y a aussi des effets d'aubaine dans ces entreprises, qui, malgré toutes ces aides qu'on peut leur offrir, passent par des plans massifs de licenciement et c'est très déplorable."

"Il n'y a pas de levier pour interdire les licenciements !"

Le plan de relance prévoit une baisse de 10 milliards d'euros sur les impôts de production payés par les entreprises, mais selon Yanis Aubert : "C'est peut-être intéressant pour les entreprises mais il n'y a pas de levier pour interdire les licenciements ! Déjà avec le CICE on a été un peu dupes, on nous a promis un million d'emplois, on a bien vu que ça n'a pas abouti donc on est toujours vent debout sur ces principes."

Ce plan de relance arrive, alors qu’on annonce beaucoup de plans sociaux (Bridgestone, Alinéa, Auchan, Renault). Sur les trois sites Renault présents en Seine-Maritime (Dieppe, Cléon et Sandouville), le syndicat Force ouvrière se montre particulièrement inquiet pour Sandouville, qui fabrique des utilitaires à moteurs diesel, pas vraiment le carburant de demain, explique Yanis Aubert : "On est inquiets parce que c'est un mono-produit, avec un moteur diesel, thermique donc et on sait que le gouvernement veut en interdire la production d'ici 2040."

Ce budget 2021 prévoit un plan de relance de 100 milliards d'euros sur deux ans. 10 milliards devraient avoir déjà été dépensés cette année, notamment pour le soutien à l'emploi des jeunes, et 30 milliards injectés dans l'économie l'an prochain. Au total, un gros tiers du plan servira à améliorer la compétitivité des entreprises et à favoriser la réindustrialisation du pays.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess