Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Budget de la Sécu : la cigarette électronique et le rosé pamplemousse taxés ?

- Mis à jour le -
Par France Bleu

Avec 14,3 milliards d'euros prévus cette année, le déficit de la Sécurité sociale doit voir son budget pour 2014 présenté à la fin du mois. Selon les informations du Parisien/Aujourd'hui en France, le projet prévoit pas moins de 6 milliards d'euros de nouveaux prélèvements. Dans le viseur notamment, le tabac, les vins aromatisés ou l'aspartame. Le gouvernement a démenti ces affirmations.

Les vins aromatisés aux fruits pourraient voir leur prix augmenter considérablement
Les vins aromatisés aux fruits pourraient voir leur prix augmenter considérablement © Maxppp

Face au trou colossal de la Sécurité Sociale, le gouvernement semble avoir tranché, selon Le Parisien de ce jeudi : plutôt que d'augmenter les cotisations sociales ou de réduire les dépenses dans le domaine de la santé, le budget 2014 de la Sécurité sociale, qui sera présenté le 26 septembre prochain, créerait de nombreuses taxes.

Le gouvernement a démenti, par un communiqué, ces affirmations : "Aucune augmentation des taxes mentionnées n'est prévue ", ont déclaré conjointement la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine et son homologue au Budget Bernard Cazeneuve. Mais Le Parisien maintient, pour l'heure, ses affirmations.

Les vins aromatisés dans le viseur

Ces nouvelles taxes, dans la veine de la "taxe Nutella" projetée l'an dernier puis abandonnée, sont dites comportementales : elles visent des produits de consommation courante, à la mode, mais dont l'impact sur la santé est incertain. En 2014, l'Etat pourrait faire entrer dans ses caisses près de 6 milliards d'euros de prélèvements supplémentaires répartis sur plusieurs produits :

220 millions d'euros de taxes sur le tabac : il ne s'agira pas cette fois-ci d'augmenter une nouvelle fois le prix du paquet de cigarettes... du moins pas directement. Une nouvelle taxe serait mise en place, et celle-ci viserait les buralistes. Ce prélèvement serait ensuite répercuté sur les industriels. Le risque est donc celui d'une taxe à double détente, si les fabricants décident à leur tour d'augmenter le prix du paquet de cigarettes pour compenser la taxation.163 millions d'euros sur les vins transformés : en France, les mélanges d'alcools (bière-vodka par exemple), déjà aromatisés et sucrés, sont soumis à une taxe contraignante. On les appelle les "premix", et ils doivent s'acquitter de 1.100€ de taxes par hectolitre produit. Le gouvernement pourrait choisir de qualifier les vins aromatisés, boisson en vogue, comme des "premix". Les rosés-pamplemousse et autre blancs-citron pourraient voir leur prix exploser... selon Le Parisien , il passerait d'environ 2,30€ par bouteille à près de 10€.Une taxe Red Bull à 12,5 millions d'euros : la formule avait déjà été proposée l'an dernier, et invalidé par le Conseil constitutionnel. Cette fois-ci, le gouvernement revient à la charge en proposant une taxe touchant les boissons énergisantes, considérées comme potentiellement dangereuses pour la santé, à hauteur de 50€ par hectolitre.L'aspartame à 12,6 millions d'euros : c'est une nouveauté qui devrait entrer en vigueur à partir du 1er janvier. L'aspartame, ce "faux sucre" dont les effets sur la santé sont encore peu clairs, serait donc taxé à la fois sur sa production et sur ses importations. Outre ces nouvelles taxations annoncées, la cigarette électronique pourrait quant à elle voir sa fiscalité (limitée pour l'heure à la TVA) alignée sur celle des cigarettes classiques.

Des prélèvements sur les labos pharmaceutiques et chez le médecin

Les laboratoires pharmaceutiques seraient eux aussi mis à contribution : leurs prélévements qui s'élèvent pour l'heure à 1 milliard d'euros serait augmenté de 400 millions, via une taxe spécifique. Enfin, un forfait médecin traitant de 5€ serait créé. Une fois par an, les patients qui ont déclaré un médecin traitant devront payer ce forfait en plus de leur consultations, avant de se le faire rembourser par leur complémentaire. Le tout pour un gain supplémentaire de 150 millions d'euros.

Budget de la Sécu 2014 : les produits qui seraient concernés par les nouvelles taxes
Budget de la Sécu 2014 : les produits qui seraient concernés par les nouvelles taxes
Choix de la station

À venir dansDanssecondess