Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Budget : la lettre du Conseil départemental du Gard à Jean Castex

-
Par , France Bleu Gard Lozère

La présidente du département du Gard et plusieurs de ses élus écrivent au Premier Ministre Jean Castex au sujet de l'impact budgétaire des Allocations Individuelles de Solidarité (AIS) sur les finances

Françoise Laurent-Perrigot lors de son discours à l'issue de son élection à la présidence du département du Gard
Françoise Laurent-Perrigot lors de son discours à l'issue de son élection à la présidence du département du Gard © Radio France - Philippe Thomain

La Présidente du Département du Gard, Françoise Laurent-Perrigot, et les Présidents respectifs des groupes Communistes, Ecologistes, Socialistes et Apparentés, du Bon Sens Républicain et celui de l'UDI viennent d'écrire au Premier ministre au sujet de l'impact budgétaire des Allocations Individuelles de Solidarité (AIS) sur les finances du Département. "Les réponses ne sont pas à la hauteur des enjeux", déclarent-ils d'emblée, assénant que "pour avoir transféré les compétences sans transférer les moyens, l'Etat assume avec constance le risque de laisse les départements les plus pauvres en proie à des difficultés insurmontables".

Un reste à charge de 449 millions d'euros sur les cinq dernières années

Les élus gardois rappellent que le département est "l'un des plus pauvres de France". Il suffit de regarder, par exemple, l'augmentation du nombre d'allocataires du RSA. Dans une projection, ils évoquent encore 9.500 personnes âgées et personnes handicapées en plus d'ici 2030.

Dans cette lettre, il est aussi clairement évoqué la possibilité d'introduire une action en justice contre l'Etat. La raison ? Son "absence d'accompagnement financier visant à compenser les revalorisations du RSA décidées au plan national".

La lettre du Conseil départemental du Gard à Jean Castex (1)
La lettre du Conseil départemental du Gard à Jean Castex (1) © Radio France - Tony Selliez
La lettre du Conseil départemental du Gard à Jean Castex (2)
La lettre du Conseil départemental du Gard à Jean Castex (2) © Radio France - Tony Selliez
Choix de la station

À venir dansDanssecondess