Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Buzançais : les futurs travaux dans le centre-ville font polémique

-
Par , France Bleu Berry
Buzançais, France

La ville a été sélectionnée parmi une cinquantaine en 2014 par le ministère du Logement pour aider à financer la revitalisation de son centre-bourg. La mairie a lancé les projets d’aménagements en 2016 et les travaux devraient durer jusqu’en 2020. Mais les polémiques gonflent déjà.

La mairie de Buzançais a publié une vidéo pour présenter son projet de nouveau centre-ville
La mairie de Buzançais a publié une vidéo pour présenter son projet de nouveau centre-ville

Jean-Pierre Naturel saute de trottoir en trottoir, le doigt pointé vers des maisons à vendre qu’il aurait bien vu disparaître pour créer une petite galerie marchande et faire mentir le nom de la rue dans laquelle il habite : la rue des trois marchands. Pour l’instant, en effet, il n’y en a que trois.

L’ancien adjoint à l’urbanisme de Buzançais a fait part de son idée à la municipalité et regrette de n’avoir pas été entendu. Certains commerçants du quartier commencent également à s’inquiéter.

De son côté, la municipalité explique n’avoir pas fait les choses à la légère : le grand projet de réaménagement du centre-ville est le fruit d'un travail de 18 mois, avec notamment un urbaniste et plusieurs experts. Les citoyens ont été informés lors d’une réunion publique en décembre. Les commerçants ont été reçus au moins trois fois. Et le détail des projets est affiché sur le fronton de la mairie.

De grands projets de réaménagement de l’hyper-centre

La ville de Buzançais a prévu de nombreux changements d’ici 2020, pour un coût avoisinant les 12 millions d’euros, dont une partie pas encore définie sera prise en charge par l’État.

Trois bâtisses seront notamment démolies sur l’avenue de la République, entre l’Hôtel de ville et la rue Grande, explique le maire Régis Blanchet, qui a voulu réunir le centre administratif et le centre commercial, situés l’un à côté de l’autre, parallèles mais actuellement séparés en effet par des maisons.

En face, la place des légumes ne sera plus un parking et redeviendra une véritable place. Les rues adjacentes auront des trottoirs plus larges. Le maire a voulu :

Faire un cœur de ville plus agréable pour qu’on ait plus envie d’aller se promener et faire du commerce. - Régis Blanchet, le maire de Buzançais

La vidéo de présentation du projet global de la ville :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

De futurs embouteillages ?

Par ailleurs, une portion de 50 mètres de la rue Grande sera mise en sens unique, à cet endroit, dans le sens descendant, tandis que le traffic remontant passera par la rue des trois marchands.

Juste devant les fenêtres de Jean-Pierre Naturel, qui reconnaît avoir un intérêt personnel à s’opposer à ce projet, "mais je ne suis pas le seul qui habite dans la rue" ponctue-t-il. Il s’inquiète de l’excès de traffic routier au croisement, en haut de sa rue. Celui-ci existe déjà, mais sera beaucoup plus fréquenté à l’avenir.

On va y être un moment au stop là-haut ! - Jean-Pierre Naturel, habitant de Buzançais

"Au stop, on va trouver les flux des voitures qui viennent de Châteauroux qui vont vers Argy, et les voitures qui viennent d’Argy et qui vont vers le centre-ville" s’exclame-t-il. Selon l’ancien adjoint, le comptage du passage des véhicules a été mal ou pas fait.

Des commerçants inquiets

Du côté des commerçants, les inquiétudes sont multiples. A l’hôtel Au Croissant, le co-gérant Nicolas Carof "ne voit pas trop en tant qu’hôtel-restaurant comment on peut vivre sans parking à proximité". Il ne comprend pas la décision de la mairie de supprimer le parking d’une dizaine de places juste en face de son établissement. Selon lui, il lui garantit une bonne clientèle.

Sur ce point, la mairie a prévu de déplacer les lieux de stationnement. Il y en aura toujours dans la ville, mais, certes, pas aux mêmes endroits.

Située en contre-bas sur la rue Grande, la bijoutière Chantal Benoit, 58 ans, s’inquiète "de ne pas pouvoir tenir jusqu’à la retraite". Elle travaille seule dans sa boutique et voie la clientèle diminuer. La gérante craint de perdre encore plus de visiteurs si le centre est coupé pendant plusieurs mois du reste de la ville, comme ce fût le cas lors de précédents travaux.

On subit une crise à l’heure actuelle et la fréquentation chute d’année en d’année. Plus des travaux qui vont durer de nombreux mois… cela ne va pas arranger nos affaires. - Chantal Benoit, bijoutière

Mais Régis Blanchet s’est engagé à ce que cela ne se reproduise pas pendant ces travaux. Les voitures pourront circuler, assure-t-il, la clientèle ne devrait donc pas déserter.

Autre sujet de polémiques et de rumeurs : l’éventuel déménagement de la pharmacie. Le maire maintient qu’il n’est pas prévu que la pharmacie soit déplacée hors du bourg, au profit des zones industrielles. "La municipalité et la pharmacie sont en osmose", selon lui, toutes deux voulant la même chose : ou bien que la pharmacie puisse faire des travaux pour se mettre aux normes dans ses locaux actuels, ou bien qu’elle déménage mais uniquement dans le centre.

Tous d’accord pour revitaliser le centre-ville

A Buzançais, tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut agir pour revitaliser le centre-ville. Mais Nicolas Carof et Jean-Pierre Naturel ont l’impression que la mairie n’offre qu’une réponse "esthétique". L’hôtelière Nathalie Carof juge la situation urgente. En face de l’hôtel par exemple, une quincaillerie historique a fermé quelques mois auparavant, après avoir été tenue par une même famille pendant trois générations.

Le maire aussi estime que la situation est urgente, c’est d’ailleurs pour cela qu’il a souhaité bénéficier des aides de l’Etat et du ministère du Logement, un soutien nécessaire pour l’entreprise des futurs travaux d’aménagement urbain mais qui est uniquement consacré à ce type de travaux.

Par ailleurs, Régis Blanchet compte prochainement envoyer un autre dossier de demande de subvention, cette fois-ci pour aider plus directement les commerces. A chaque programme de l’Etat, son dossier en provenance de Buzançais.

Cela dit, la réponse esthétique de la mairie convient Dominique Biaunier, la coiffeuse pragmatique qui "essaie d’être positive". A ses yeux, avoir un plus beau bourg est aussi dans l’intérêt des commerçants, s’ils pensent à l’avenir.

Je suis totalement pour ce projet, pour avoir un centre-ville plus attractif, parce qu’avec un centre comme on a en ce moment, les commerces ne se vendent pas. - Dominique Biaunier, coiffeuse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess