Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"C'est con, il était bien ce magasin" : une campagne choc pour inciter les habitants à consommer local à Ham

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

C'est avec ce slogan, volontairement provocateur, que la Communauté de communes de l'Est de la Somme espère attirer l'attention de ses habitants sur la situation des commerces de proximité, parfois fragilisés par la crise sanitaire.

Ces affiches ont été distribuées à plus de 130 commerces du secteur
Ces affiches ont été distribuées à plus de 130 commerces du secteur © Radio France - Claudia Calmel

Une campagne choc pour inciter les consommateurs à acheter local dans l'Est de la Somme. Vous avez peut-être vu de drôles d'affiches fleurir dans les vitrines des commerces, si vous habitez du côté de Ham ou de Nesle. On peut y lire : "C'est con il était bien ce magasin". L'opération, montée par la Communauté de communes, invite le habitants à se projeter dans un scénario où leur commerce préféré serait amené à fermer.

"Choquer pour que les gens réagissent"

Ces affiches, un brin provoc', s'étalent depuis ce jeudi sur les devantures de plusieurs boutiques du centre de Ham. Marc est tombé dessus en sortant de sa boucherie : "Moi, c'est une phrase qui me plaît beaucoup. Il faut choquer. C'est la seule chose à faire pour que les gens réagissent."

Le message -en lettres noires sur fond blanc- attire l'oeil des passants, même si tous ne sont pas convaincus qu'il produira son effet, à l'image de Caroline qui ne "pense pas que ça changera les habitudes de quiconque" et qui estime que "c'est une question de générations."

"Pour que l'édifice tienne la route, il faut que chacun mette sa pierre"

Nathalie Perthuis, la gérante de la boutique de prêt à porter Natasty'l, a accroché deux affiches dans sa vitrine : "ça va peut-être faire penser aux habitants qu'il est important de faire vivre le centre-ville, de soutenir les commerces. Quand on habite sur place, c'est tout de même beaucoup plus agréable de voir que c'est un endroit qui vit."

Nathalie Perthuis, la gérante de la boutique de prêt-à-porter Natasty'l
Nathalie Perthuis, la gérante de la boutique de prêt-à-porter Natasty'l © Radio France - Claudia Calmel

Une campagne qui tombe à point nommé pour Marielle Mouton, fleuriste et patronne de la boutique Any Fleurs : "Cette campagne veut dire aux gens que s'ils veulent garder un centre ville vivant, ça ne tombe pas du ciel. Il faut qu'ils le fassent travailler, il faut qu'ils viennent aussi acheter chez nous. On a l'impression que le gens pensent que c'est toujours aux autres de faire la démarche, mais pas à eux. Mais nous sommes tous acteurs et responsables de ce qui arrive autour de nous. Si on veut que l'édifice tienne la route, il faut que chacun y mette sa propre pierre." 

Marielle Mouton, la gérante de la boutique Any Fleurs
Marielle Mouton, la gérante de la boutique Any Fleurs © Radio France - Claudia Calmel

Pour Simon Luyckx, le directeur du développement économique de la Communauté de communes de l'Est de la Somme, le commerce en ligne est l'une des menaces du moment pour le commerce de proximité. Et l'effet est certaiement accuentué par la crise sanitaire : "Lors de mes déplacements, je vois de plus en plus sur le bord des routes de cartons avec un grand sourire dessiné dessus : c'est le logo d'Amazon. Malheureusement, _une partie de la consommation s'évade vers internet_. Mais avant de panser à aller sur internet, nous voulons inciter nos habitants à penser à regarder ce qui se fait chez nos commerçants."

Simon Luyckx, le directeur du développement économique de la Communauté de communes de l'Est de la Somme
Simon Luyckx, le directeur du développement économique de la Communauté de communes de l'Est de la Somme © Radio France - Claudia Calmel

Au-dela de la concurrence du commerce en ligne, les boutiques de proximité du secteur doivent aussi composer avec le paramètre de l'évasion commerciale pour Simon Luyckx : "Saint-Quentin ou Amiens sont des pôles où une partie de nos habitants vont faire leurs achats. Notre objectif est de rapatrier cette population de lui dire qu'une alternative existe localement : donc, allez-y !"

La communauté de commune de l'Est de la Somme a distribué les affiches "C'est con il était bien ce magasin" à plus de 130 commerces du secteur.

Ecoutez le reportage de France Bleu Picardie à Ham :

La campagne "C'est con il était bien ce magasin" a débuté ce jeudi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess