Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

C'est fini pour l'A380 : Airbus cesse ses livraisons après 2021

jeudi 14 février 2019 à 6:17 - Mis à jour le jeudi 14 février 2019 à 18:00 Par Mathieu Ferri, France Bleu Occitanie et France Bleu

Dans un communiqué publié ce jeudi matin, le groupe aéronautique européen annonce la fin de production de son gros porteur, qui n'a jamais trouvé sa place sur le marché.

Un Airbus A380 en 2015 au Bourget
Un Airbus A380 en 2015 au Bourget © Maxppp - ETIENNE LAURENT

Toulouse, France

Douze ans seulement après sa mise en service, Airbus va arrêter la production de l'A380, annonce ce jeudi le groupe aéronautique européen, avant sa conférence de presse annuelle à Toulouse. Les dernières livraisons auront lieu en 2021. La compagnie Emirates qui avait commandé vingt A380 en janvier dernier souhaite en convertir un certain nombre en A350, le nouveau long courrier d’Airbus. "La conséquence de cette décision est que notre carnet de commandes n’est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l’A380, et ce, malgré tous nos efforts de ventes auprès d’autres compagnies ces dernières années. Cela mettra un terme aux livraisons d’A380 en 2021 » indique dans ce communiqué Tom Enders, le Président exécutif d’Airbus. La semaine dernière, la compagnie australienne Qantas a également annulé une commande de huit A380.

"Notre carnet de commandes n’est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l’A380" - le président d'Airbus

D'autres avions mieux adaptés au marché

Le gros porteur n’est plus adapté au marché des longs courriers d’aujourd’hui, selon plusieurs sources internes. Les compagnies ont quasiment tiré un trait sur les quadriréacteurs. Leurs nouvelles coqueluches s’appellent Airbus A350, Boeing 787 ou triple 7. Ces biréacteurs de nouvelle génération ont le même rayon d’action pour les longs courriers que l’A380.

De plus, les A350 ou Boeing Dreamliner n’obligent pas les aéroports à réaliser des travaux supplémentaires pour les accueillir. Ils consomment moins, avec des moteurs optimisés, et à cinquante passagers près, ont la même capacité d’emport (charge que peut emporter un avion) que le gros porteur d’Airbus.                       

Sur 28.000 avions dans le monde, il n’y a plus que 900 quadriréacteurs sur le marché, dont un quart d’A380. L’arrêt de la chaine de l’A380 n’aura quasiment pas d’impact social sur les salariés d’Airbus, affirment plusieurs sources internes, car il sera facile de redéployer les effectifs concernés sur les avions très demandés comme l’A320 ou l’A350.        

Lourde perte        

Le choc émotionnel risque d'être réel car les salariés d’Airbus à Toulouse sont très attachés à l’A380. Et Tom Enders ne le cache pas : "l’annonce de ce jour est douloureuse pour nous et les communautés A380 dans le monde entier". Dans l'usine Lagardère de Blagnac, 700 salariés et ingénieurs travaillent sur le programme. Pour les syndicats toute la question est maintenant de savoir ce que ces employés vont devenir, probablement redéployés sur d'autres programmes d'avions. 

L'abandon du programme devrait coûter 10 milliards d'€ à l'avionneur. 

La décision obligatoire pour les dirigeants d'Airbus

Pour le Président d'Airbus Group, l'Allemand Tom Enders, qui va bientôt passer la main au Français Guillaume Faury, c'est une décision douloureuse à prendre, mais qu'il fallait prendre. Il s'est exprimé ce matin depuis Toulouse à l'occasion de la conférence de presse annuelle de bilan du groupe.

"C'est douloureux de prendre cette décision après tous ces efforts, après tout cet argent investi, toute cette sueur...Des milliers d'employés, y compris l'état-major d'Airbus, ont travaillé pour ce programme. 

Tom Enders

Mais dans les affaires il faut savoir prendre les bonnes décisions sans se baser sur des émotions, mais sur les faits. J'en profite pour remercier nos amis d'Emirates pour leur indéfectible soutien pendant des années. J'ai vraiment envie de les remercier et de remercier tout le monde." (Tom Enders, patron d'Airbus)

  - Visactu
© Visactu -