Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Familink, le cadre photo connecté rouennais qui séduit les personnes âgées

lundi 11 février 2019 à 7:01 Par Flavien Groyer, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Il y a plus d'un an, la Carsat Normandie équipait 100 de ses retraités d'un cadre photo connecté Familink. Aujourd'hui, ils sont satisfaits de ce produit qui les sort de leur isolement. Nous avons rencontré Jacques, bientôt 90 ans, qui possède un petit cadre à Grand-Quevilly.

Jacques, 90 ans, est satisfait du cadre Familink.
Jacques, 90 ans, est satisfait du cadre Familink. © Radio France - Flavien Groyer

Rouen, France

Dans le cadre d'un partenariat avec la start-up Asweshare, les créateurs de Familink, la CARSAT avait équipé 100 de ses retraités les plus fragiles d'un cadre connecté. Le but ? Lutter contre l'isolement des personnes âgés et entretenir les liens intergénérationnels. 

Un concept simple... et rouennais !

Partager des photos avec des personnes âgés c'est possible ! Pas besoin d'avoir une box internet, ni de smartphone. Les retraités ont juste à brancher l'appareil et tout s'allume sans réglage. Les familles peuvent envoyer. 

"Ça répondait à un besoin personnel au départ, j'avais mes deux grands-mères de presque 90 ans qui avait des troubles cognitifs et je voulais pouvoir partager des photos de mes enfants" explique Alexis Le Goff, co-fondateur de Familink. 

Les aidants, c'est-à-dire les enfants et les petits enfants, envoient des photos via le site internet, via l'application mobile, par e-mail également et même par Facebook Messenger ! Les photos sont reçues par les personnes âgées grâce à une petite carte internet 3G insérée dans le cadre et fournie par la société.

Le siège social de l'entreprise Asweshare qui a crée Familink est d'ailleurs installé à Bois-Guillaume près de Rouen.

Aujourd'hui, 6000 familles sont équipées d'un cadre Familink en France essentiellement mais aussi à l'étranger en Allemagne, en Italie en Espagne et même au Canada. En tout, 20.000 utilisateurs envoient des photos régulièrement. 

Le but est d'aussi de faire évoluer l'objet. Les deux créateurs Alexis Le Goff et Jiri Kosla veulent proposer l'envoi de questions-réponses ou même des vidéos. 

Aujourd'hui le prix de vente s'élève à 150 euros et l'objet est disponible dans le commerce ainsi que dans une pharmacie à Rouen. Il est aussi en ligne sur le site. Désormais, les créateurs aimeraient développer des partenariats avec des hypermarchés. 

Le cadre connecté Familink est petit mais simple d'utilisation - Radio France
Le cadre connecté Familink est petit mais simple d'utilisation © Radio France - Flavien Groyer

"Des pastilles de vitamines" pour les retraités

Plus d'un an après le partenariat avec Familink, la CARSAT Normandie (caisse des retraités) fait son bilan "On a vérifié le renfort du lien intergénérationnel, de la baisse du sentiment d'isolement et surtout les retraités nous disent qu'ils ne peuvent plus s'en passer" explique Jean-François Capo Canellas, directeur adjoint à l'Action sociale de la CARSAT Normandie. L'évaluation a montrer également que 88% des retraités mémorisaient mieux les événements

Jacques, bientôt 90 ans, habite à Grand-Quevilly (76). Il a été équipé d'un cadre Familink il y a un an et est très satisfait : "C'est plaisant de pouvoir regarder des photos de mes petits enfants" explique-t-il. Jacques déplace également son cadre partout dans sa maison pour être en permanence avec. Un objet simple pour lui qui n'a pas internet : "J'ai horreur de ces machins là !"

C'est la surprise, je me dis tiens, y a une photo qui est arrivée ! - Jacques

"Des petites pastilles de vitamines" c'est comme ça que Jean-François Capo Canellas décrit les photos envoyées par les proches. Selon lui, le cadre permet de renforcer les liens intergénérationnels et d'éloigner les personnes âgées du sentiment d'isolement. Un dispositif qui s'inscrit totalement dans les moyens mis en place par la CARSAT pour lutter contre la dépendance. "On veut maintenant proposer ce cadre aux autres CARSAT de France" précise le directeur adjoint de la CARSAT. 

Jean-François Capo Canellas, adjoint à l'Action Sociale de la Carsat Normandie, Mikael Savio, directeur de la Carsat Normandie et les co-fondateurs de Familink Alexis Le Goff et Jiri Kosla - Radio France
Jean-François Capo Canellas, adjoint à l'Action Sociale de la Carsat Normandie, Mikael Savio, directeur de la Carsat Normandie et les co-fondateurs de Familink Alexis Le Goff et Jiri Kosla © Radio France - Flavien Groyer