Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

C'est parti pour les vendanges à Chablis

lundi 3 septembre 2018 à 18:56 Par Denys Baudin et Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

Après les raisins pour les crémants, le coup d'envoi a été donné pour les autres vins qu'on appelle "Vins tranquilles". Dans le chablisien on peine parfois à recruter.

vendanges dans le Chablisien
vendanges dans le Chablisien © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

On a besoin d'environ 1 000 vendangeurs dans le chablisien, dans l'Yonne, où 80% de la récolte s'effectuent à la machine. Et face à la difficulté de recruter, un tiers des vignerons font désormais appel à des prestataires qui fournissent la main d’œuvre clé en main avec des vendangeurs locaux mais aussi étrangers, espagnols, italiens ou polonais. Jean-Marie n'en revient pas. Au moment de compter ses vendangeurs lundi matin certains ne s'étaient pas réveillés : "J'ai besoin de cent personnes au total. Là on a à peu près soixante dix personnes, coupeurs et porteurs."

Certains vendangeurs ne s'étaient pas réveillés

Pourtant, son domaine à Chablis met les moyens : "Nous avons un car et nous faisons  un circuit par Auxerre, Sens, Joigny. On prend les gens en passant et on les repose le soir à nos frais. Nous sommes obligés d'aller les chercher _sinon ils ne viendraient pas ._"

C'est ce que redoute Florent Dauvissat, du domaine Agnès et Didier Dauvissat à Beines. Pour la première fois, il a fait appel à un prestataire pour une vingtaine de vendangeurs : " _Il gère tout_, il trouve les personnes. C'est lui qui gère les contrats et qui les paye. Pas de repas à gérer, pas de casse-croute, pas de papier. Le prestataire fait une facture à la fin. "

Le prestataire s'occupe de tout 

Ce prestataire, c'est Driss Badi de la société la main verte chablisienne: "Les viticulteurs font des annonces, moi je vais chercher les vendangeurs sur le terrain. Je fais presque du porte  à porte." Et cela ne revient pas forcément plus cher au viticulteur : " Le vendangeur on le paye au Smic, à peu près 9 euros de l'heure, plus les charges on est à 18, plus les repas on est à plus de 20 euros. Avec le prestataire on est à 20-21 ."

Mais Florent Dauvissat le reconnait  :" C'est plus simple pour nous, mais on perd l'esprit vendanges  à l'ancienne"

On ne gère pas une équipe de 40 vendangeurs comme des copains 

Le viticulteur Jean-Baptiste Thibault préside de la commission emploi de la FDSEA : "Les domaines viticoles ayant pris de l'importance, pour certains _il faut avoir des compétences de DRH ou de management_. Entre gérer une petite équipe de  six ou sept personnes avec des amis  ou des copains et puis avoir quarante vendangeurs, c'est plus du tout la même optique. Il faut intégrer aussi la logistique du repas et des logements pour certains."

France Bleu Auxerre vous propose une matinale spéciale vendanges, vendredi 7 septembre  Dès 6 heures, nous serons en direct du domaine Brocard, à Préhy.

"Certains ne se réveillent pas"

"Avoir parfois les compétences d'un DRH"