Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"C'est pas humain !", le patron des restaurateurs franciliens pousse un coup de gueule après les annonces

-
Par , France Bleu Paris

Paris et la petite couronne ont basculé en alerte maximale. Les bars doivent fermer demain pour 15 jours, mais pas les restos, a annoncé dimanche soir le gouvernement. "On n'a pas eu un appel", déplore Franck Delvau qui dénonce une méthode inhumaine pour "des restaurateurs à bout de force".

Les bars doivent fermer à Paris et petite couronne à compter du mardi 6 octobre pour quinze jours.
Les bars doivent fermer à Paris et petite couronne à compter du mardi 6 octobre pour quinze jours. © Maxppp - CHRISTOPHE PETIT TESSON

C'est un coup de gueule qu'a poussé ce lundi matin sur France Bleu Paris, Franck Delvau, président de l'Umih (Union des métiers et des industries de l'hotellerie et de la restauration) en Ile-de-France, au lendemain des nouvelles annonces pour Paris et la petite couronne qui ont basculé en alerte maximale. "On apprend hier par un communiqué à 22h, que les bars vont fermer dès mardi, qu'un nouveau protocole sanitaire va être annoncé ce lundi à 11h30. On n'a pas eu un appel ! Ce n'est pas humain".

En fin de matinée,  la maire de Paris et le préfet de police doivent détailler le protocole sanitaire renforcé qui va permettre aux restaurateurs de rester ouverts, ainsi que toutes les restrictions prises pour Paris et la petite couronne. Franck Delvau, met en garde, toutefois, "si c'est un protocole trop contraignant, certains restaurateurs m'ont déja dit qu'il renonceront à ouvrir". Entre les règles sanitaires et les clients absents, faute de touristes et de salariés en télétravail, la situation reste compliquée pour le secteur. 

"Les restaurateurs sont à bout de force, et c'est pire pour les gérants de bars" - Franck Delvau 

Pour pouvoir rester ouverts, les restaurateurs ont bataillé et proposé des règles plus strictes avec des tables qui passent de dix à huit convives maximum, des encaissements à table pour éviter la circulation, un cahier de rappel avec les coordonnés des clients en cas de suspicion de Covid. Mais c'est bien le préfet de police qui tranchera et décidera des règles à appliquer.

La fermeture des bars doit elle prendre effet demain pour quinze jours. Une décision "complètement injuste" selon Franck Delvau, dans la mesure où ils respectent le protocole. "Pourquoi dire qu'il y a plus de chances d'avoir le covid dans un bar que dans un centre commercial ?" s'étonne encore le président de l'Umih en Ile-de-France.

"Les restaurateurs sont à bout de force, et c'est pire pour les gérants de bars", alerte en conclusion, le président de la principale organisation patronale du secteur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess