Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

"C'était ça ou le suicide" : un commerçant de Publier, en Haute-Savoie, est en grève de la faim

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Enfermé dans son magasin de sports du centre commercial Shop-in de Publier en Haute-Savoie, un commerçant a entamé il y a trois jours une grève de la faim. "Je ne sortirai qu'à la réouverture de ma boutique", déclare Pierre Bavoux, 62 ans. Il s'insurge contre la fermeture de la galerie marchande.

"J'irai jusqu'au bout pour sauver mon business". Contraint à fermer son magasin du centre commercial Shop'in de Publier, Pierre Bavoux a cessé de s'alimenter et s'est enfermé dans sa boutique.
"J'irai jusqu'au bout pour sauver mon business". Contraint à fermer son magasin du centre commercial Shop'in de Publier, Pierre Bavoux a cessé de s'alimenter et s'est enfermé dans sa boutique. © Radio France - Marie AMELINE

Sur les bords du Léman en Haute-Savoie, un commerçant entame ce mardi son 4e jour de grève de la faim. Pierre Bavoux tient un magasin de sport (une franchise Go Sport) sur la zone commerciale Shop'in à Publier près d'Évian. Un centre commercial fermé depuis une semaine comme quelques 400 autres (25.000 magasins au total) dont la surface dépasse les 20.000 mètres carrés, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Depuis trois jours Pierre Bavoux ne s'alimente plus et dort sur un canapé près de son bureau. "Je ne sortirai pas, il faudra venir me chercher".
Depuis trois jours Pierre Bavoux ne s'alimente plus et dort sur un canapé près de son bureau. "Je ne sortirai pas, il faudra venir me chercher". © Radio France - Marie AMELINE

"Je suis prêt à aller jusqu'au bout pour sauver mon business."

Samedi dernier, après avoir bravé durant quatre jours l'interdiction d'ouvrir, et reçu vendredi la visite des gendarmes, Pierre Bavoux a décidé d'entamer une grève de la faim. Le commerçant de 62 ans, qui vient de prendre sa retraite et de transmettre l'entreprise à ses enfants, s'est cloîtré dans son magasin et ne sortira qu'une fois celui-ci autorisé à rouvrir. "Il faudra venir me chercher, je ne sortirai pas avant."

Prendre en compte le trafic plutôt que la surface 

Pierre Bavoux vit d'autant plus mal la situation que son magasin n'est pas dans la galerie marchande du centre commercial, il a une entrée indépendante qui donne sur le parking, et surtout, selon lui : "Cette fermeture imposée sur un critère de surface est injuste et stupide. Ils auraient dû prendre en compte le trafic, les volumes de clientèle, plutôt que les mètres carrés. Ici, dans la galerie commerciale Shop-in, il y a _six boutiques fermées sur une vingtaine, car le centre commercial allait mal déjà avant la Covid-19_, il y a une cafétéria sous le coup d'une fermeture administrative, il y a des bureaux et des réserves, plus les Suisses qui ne viennent plus car limités dans leurs courses à un rayon de 30 km à partir de la frontière. Donc la fréquentation n'est pas énorme. 

Une situation d'autant plus difficile à vivre quand il regarde ce qu'il se passe dans les villes voisines : "En plus, quand on voit des centres commerciaux comme celui d'Étrembières à Annemasse, ou Chamnord à Chambéry en _Savoie_, qui eux sont ouverts, on a encore plus de mal à comprendre."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess