Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Caddie devrait bientôt prendre l'accent polonais

vendredi 22 juin 2018 à 17:49 Par Lucile Guillotin, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Caddie, implanté à Drusenheim (Bas-Rhin), devrait céder cet été 70% de ses parts à Damix. Cette société polonaise fabrique également des chariots mais aussi d'autres produits pour les magasins.

300 personnes travaillent chez Caddie.
300 personnes travaillent chez Caddie. © Maxppp -

Strasbourg, France

Le rapprochement devrait avoir lieu lors de la première quinzaine d'août. Caddie  négocie encore avec Damix mais a priori, l'entreprise basée à Drusenheim depuis 1928 vendra 70% de ses parts à son concurrent polonais. Damix fabrique des chariots de supermarché et du matériel pour les magasins. 

Ce qui était fabriqué avant en Pologne sera maintenant fabriqué en Alsace" - Stéphane Dedieu, le PDG de Caddie

Ce rapprochement va permettre à l'entreprise de "grandir" selon le PDG de Caddie Stéphane Dedieu. "On produit 260.000 chariots par an. Notre capacité, c'est au-delà de 500.000. Donc on a encore un espace à remplir, sachant que Damix fait à peu près 120.000 chariots. Ils ont pris de gros marchés sur l'Allemagne et ils avaient besoin de trouver un partenaire".

Stéphane Dedieu qui a repris Caddie en 2014 voit les choses en grand. Il espère doubler le chiffre d'affaires sur les 5 prochaines années pour atteindre près de 60 millions d'euros. avec des emplois supplémentaires à la clé. 300 personnes travaillent à Drusenheim actuellement. Et il assure que Caddie ne perdra pas son identité locale. "Vous savez, quand vous achetez une Mercedes actuellement, le premier actionnaire est chinois et puis heureusement, on pense que c'est une voiture allemande. Dans notre cas, c'est la même chose. On est français, ce sont des produits français et c'est pour ça que les clients nous les achètent" dit-il.