Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Cahors tente de résister à « l’évasion commerciale » vers les grandes villes

mardi 25 septembre 2018 à 21:09 Par Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie

Les commerces en centre-ville de Cahors pourront-t-il résister à 15000 m2 de surfaces commerciales nouvelles en périphérie ? Le maire de la capitale du Lot dit vouloir résister à l’évasion commerciale vers Toulouse et Montauban.

Cahors peut elle résister à 15 000 M2 de surfaces commerciales supplémentaires en périphérie
Cahors peut elle résister à 15 000 M2 de surfaces commerciales supplémentaires en périphérie © Radio France - Olivier Lebrun

Cahors, France

Y a-t-il trop de zones commerciales à la périphérie de nos villes ? Comment éviter la fermeture des commerces dans les centres villes qui se désertifient ? A Cahors dans le Lot, un projet fait polémique. 15 000 m2 de nouvelles surfaces commerciales viennent d'être autorisées, sur deux projets différents aux portes de la ville. Après l'extension de 8000 m² de la zone commerciale de Labéraudie, la commission départementale d'aménagement commercial du Lot a donné son feu vert à l'implantation de grandes enseignes sur 6500 m2 sur une zone verte entre Cahors et Pradines.

Une évasion vers la périphérie

Certains dénoncent ces projets qui risquent de mettre à mal le commerce du centre-ville déjà mal en point. A Cahors, 6% des commerces du centre-ville sont vides, c’est moins que la moyenne de nationale de 10% de commerces inoccupés dans les villes moyennes.

Mais pour Isabelle Eyme de l'association citoyenne « Cahors l'humain d'abord », cette nouvelle offre va encore accentuer le déséquilibre : « personne ne nous fera croire que 15000 m2 de commerces supplémentaires en périphérie de Cahors ne vont pas faire mal au commerce de proximité du centre-ville. Les gens, quand ils vont venir faire leurs courses là, la multiplicité de l’offre fera qu’ils vont rester fixés sur cette zone commerciale, forcément, on aura une évasion commerciale depuis le centre-ville vers la périphérie » estime cette opposante qui s’étonne que la mairie de Cahors bénéficie des fonds du dispositif « Action cœur de ville » de l’Etat. D’un côté, les commerçants de proximité vont bénéficier de subventions pour sauvegarder leurs commerces, de l’autre, on va construire de nouvelles zones commerciales qui vont venir les cannibaliser. »

Reportage à Cahors - le maire veut éviter la migration commerciale de ses habitants vers Montauban

6% des commerces sont vides dans le centre de Cahors - Radio France
6% des commerces sont vides dans le centre de Cahors © Radio France - Olivier Lebrun

Eviter l’évasion commerciale

Le maire de Cahors Jean-Marc Vayssouze-Faure explique qu’il veut au contraire endiguer l’évasion commerciale vers les grandes villes voisines, Montauban ou Toulouse. Il affirme que les grandes enseignes qui s’installeront ne seront pas en concurrence avec les commerces du centre-ville.  « Décathlon ou Picard vont venir. Ces grandes enseignes ne sont pas présentes dans le Lot, elles ne s’installeront pas en centre-ville. Si vous les empêchez de venir, elles iront ailleurs, vers Montauban notamment. »  

Le maire de Cahors est convaincu qu’il faut créer de l’activité pour sauver le commerce du centre-ville. S’il autorise l’implantation de grandes enseignes en périphérie, il assure que les projets de galeries marchandes sont refusés autour de la ville. Enfin le maire de Cahors rappelle qu’il a favorisé l’implantation d’un cinéma multiplexe de 7 salles en centre-ville et non pas dans la périphérie, ce qui va générer 170 000 entrées par an et ramener les habitants dans le cœur de la ville.

Les commerçants de Cahors s’interrogent sur cette stratégie de l’offre qui va créer la demande. L'implantation de grandes enseignes en périphérie n'est pas forcément mal vue par les commerçants eux même. C'est le cas de Christophe Pattingre, il tient un magasin de photo depuis 25 ans en centre-ville, il tente de s'adapter aux nouvelles habitudes de consommation. « Le problème, c’est internet d’abord, le monde a changé, on doit s’adapter." 

Des grandes enseignes en périphérie ? Pourquoi pas, si ça évite que les gens partent à Montauban, moi j’ai rien contre, c’est de l’attractivité pour Cahors. 

Christophe Pattingre - commerçant depuis 25 ans en centre-ville - "des grandes enseignes , pourquoi pas"