Économie – Social

Calais : le gouvernement refuse de rouvrir des accueils pour les migrants

Par Odile Senellart, France Bleu Nord et France Bleu mardi 31 janvier 2017 à 8:21

Le gouvernement dit vouloir éviter "tout point de fixation" à Calais
Le gouvernement dit vouloir éviter "tout point de fixation" à Calais © Maxppp - Maxppp

Le gouvernement refuse de rouvrir des structures d'accueil pour des migrants à Calais. Il l'a expliqué lundi au cours d'une réunion avec des associations qui s'occupent de migrants. Ces dernières se disent choquées et prédisent une aggravation de la situation.

Trois mois après le démantèlement de la jungle de Calais, le gouvernement a réuni ce lundi à Paris plusieurs associations qui s'occupent des migrants à Calais. Le gouvernement a annoncé qu'il n'allait pas rouvrir de structure d'accueil pour les migrants. Pour Bruno Le Roux, le ministre de l'intérieur, il s'agit d'éviter tout "point de fixation" des migrants à Calais. L'Etat va même déplacer les conteneurs du CAP d'ici deux semaines, loin de Calais.

Le gouvernement compte prendre en charge les migrants différemment. Il annonce l'ouverture prochaine d'un Centre d'Accueil pour les mineurs isolés dans le Pas de Calais, ainsi que l'ouverture d'un nouveau Centre d'Accueil et d'Orientation (CAO) pour les migrants dans le département avec un renforcement des capacités d'hébergement dans les Hauts de France.

Les migrants vont revenir plus nombreux

"Nous sommes ressortis de cette réunion choqués, indignés", a réagi sur France Bleu Nord Vincent Deconinck, du Secours Catholique dans le Pas de Calais, "non seulement l'Etat n'a pas tenu ses promesses faites lors du démantèlement, mais on voit que les migrants commencent à revenir à Calais et ça n'est qu'un début. On sait par expérience qu'ils seront plus nombreux au printemps".

Les associations dénoncent la logique de l'Etat qui estime qu'un accueil risquerait de créer un appel d'air pour les migrants. Pour les associations, ce sont les guerres, les conflits, la misère qui sont à l'origine des migrations, pas la présence d'une structure d'accueil à Calais.

Situation pire qu'avant à Calais

Elles s'étonnent aussi des choix du gouvernement qu'elles jugent paradoxaux. "Ce gouvernement, et on lui en donne crédit, est celui qui a tenté le plus de choses avec notamment le centre Jules Ferry ou encore le Centre d'acceuil Provisoire de conteneurs, et c'est en même temps c''est ce gouvernement qui va laisser une situation à Calais pire que celle qu'il avait trouvée à son arrivée", déplore Vincent Deconinck.