Économie – Social

Calais : des opérations coup de poing pour demander le démantèlement de la "Jungle"

Par Géraldine Houdayer, France Bleu Nord et France Bleu lundi 5 septembre 2016 à 11:14

La journée de manifestation dans le Calaisis  a commencé par l'opération escargot des routiers.
La journée de manifestation dans le Calaisis a commencé par l'opération escargot des routiers. © AFP - Philippe Huguen

Des transporteurs routiers et des agriculteurs sont partis ce lundi matin de Loon-plage et de Boulogne-sur-Mer pour rejoindre Calais. Des chefs d'entreprise du Calaisis doivent les rejoindre pour une grande chaîne humaine.

Cette fois, ce sont les acteurs économiques de la région de Calais qui se mobilisent : ils organisent plusieurs manifestations ce lundi matin, pour réclamer le démantèlement de la "Jungle", le plus grand camp de migrants de France. Vers 8 heures ce lundi, les transporteurs routiers de la région sont partis de Loon-Plage, près de Dunquerke, et de Boulogne-sur-Mer pour rejoindre Calais. Leur opération escargot a causé de gros bouchons. Des agriculteurs doivent rejoindre le cortège pour un blocage de l'autoroute A16 en fin de matinée.

Opération escargot et chaîne humaine

Leur point de chute: l'autoroute A16 Paris-Ostende, qu'ils veulent bloquer pour obtenir gain de cause. Cet axe est particulièrement utilisé par les transporteurs européens pour rejoindre l'Angleterre via le port de Calais, premier de France pour le trafic passager, ou le tunnel sous la Manche. David Sagnard, le résident de la Fédération Nationale des Transports Routiers du Nord-Pas-de-Calais, réclame "des mesures d'urgence pour rouler en toute sécurité sur l'autoroute A16 et sur la rocade portuaire."

"Le gouvernement doit déclarer le Calaisis en état de catastrophe économique!" Une banderole des commerçants de Calais

Dans le même temps, plusieurs centaines de personnes, essentiellement des commerçants de Calais ou des employés du port, vêtus de gilets jaune de sécurité, ont commencé à former une chaîne humaine. Conduits par Natacha Bouchard, la maire (Les Républicains) de la ville, les manifestants sont allés vers la rocade portuaire. "Calaisiens enfermés, migrants libres!" ou "Le gouvernement doit déclarer le Calaisis en état de catastrophe économique", peut-on lire sur des banderoles confectionnées par la Fédération du commerce du Calaisis.

Entre 6.900 et plus de 9.000 réfugiés, selon les sources, vivent dans la "Jungle". Vendredi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, en déplacement à Calais, a réaffirmé l'intention de l'Etat de démanteler la "Jungle" le "plus rapidement possible", mais avec "méthode" et "maîtrise".

La "Jungle" n'a jamais compté autant de migrants. - Aucun(e)
La "Jungle" n'a jamais compté autant de migrants. -