Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Camaïeu : deux offres globales de rachat pour l'instant insuffisantes

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

En redressement judiciaire depuis fin mai, l'entreprise textile nordiste est l'objet de sept offres de reprises, dont deux globales. Mais le tribunal de commerce de Lille les juge pour l'instant insuffisantes et donne aux repreneurs potentiels jusqu'au 24 juillet pour revoir leur copie.

Camaïeu possède 632 magasins en France et emploie 3230 personnes dont 600 à Roubaix
Camaïeu possède 632 magasins en France et emploie 3230 personnes dont 600 à Roubaix © Maxppp - Sébastien Jarry

"Les deux offres génèrent une forme de casse sociale importante". Pour maître Stéphane Ducrocq, avocat représentant les salariés de Camaïeu, la facture pourrait être lourde à les payer pour les salariés de l'entreprise textile roubaisienne, durement touchée par la crise sanitaire et par des problèmes importants de trésorerie depuis de nombreux mois. Depuis le 26 mai, elle est en redressement judiciaire.

Lors d'une audience ce mercredi matin, le tribunal de commerce de Lille a commencé l'examen des offres de reprise de Camaïeu, qui compte 632 magasins en France et qui emploie 3.230 salariés, dont 600 au siège social de Roubaix. Parmi les sept offres déposées au total, seules deux proposent une offre globale de reprise de l'entreprise. 

La première, déposée par des actuels actionnaires de Camaïeu (la Financière Brame), propose une reprise à hauteur de 2 millions d'euros. 30 millions d'euros de fonds propres et 45 millions par la sollicitation d'un prêt garanti par l'Etat (PGE) seraient injectés dans l'entreprise. Cette offre entraînerait la fermeture de 250 magasins et la suppression de 1.246 emplois, dont 116 à Roubaix. Mais elle n'est pas recevable en l'état, étant assorties de conditions "suspensives".

La seconde offre vient de la Financière immobilière bordelaise, détenue par l'industriel Michel Ohayon qui avait eu un projet immobilier de grande ampleur à Lille il y a quelques années. Cette offre propose d'acquérir Camaïeu pour deux fois un euro symbolique. Elle est un peu plus ambitieuse sur le plan social, en proposant de garder 500 points de vente sur les 632 que compte l'entreprise. 515 emplois seraient supprimés.

Une nouvelle audience le 24 juillet

Le tribunal de commerce donne jusqu'au 24 juillet aux candidats repreneurs pour revoir leur copie et étoffer les offres proposées, notamment sur leur financement. Du côté des représentants des salariés de Camaïeu, on s'inquiète du manque actuel de trésorerie dont dispose l'entreprise, ce qui a également été souligné par le tribunal de commerce. Selon eux, les salaires du mois d'août pourraient ne pas être versés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess