Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Canal+ veut supprimer 500 postes en France

-
Par , France Bleu

Canal + veut supprimer au moins 500 postes en France révèle l'AFP ce jeudi. C'est la conséquence d'une forte baisse de ses abonnés liée à une concurrence de plus en plus intense. Ces suppressions de postes prendront la forme d'un plan de départs volontaires.

Canal + veut supprimer 500 postes en France.
Canal + veut supprimer 500 postes en France. © AFP - Martin BUREAU

Le groupe de télévision payante veut supprimer 500 postes en France a indiqué ce jeudi une source proche du dossier à l'AFP, venant confirmer une information évoquée par la lettre professionnelle Satellifax et le site Les Jours. Cela représente près de 18% des effectifs de Canal+ dans l'Hexagone.

Ces suppressions de postes prendront la forme d'un plan de départs volontaires. 

Une concurrence féroce en France

Ce plan de départ massif s'explique par une forte baisse des abonnés de Canal+ en France, liée à une concurrence de plus en plus forte ces dernières années. Depuis 2017, 300.000 personnes ont renoncé à leurs abonnements, sans compter ceux qui sont passés par des opérateurs de télécoms.

La filiale du groupe Vivendi doit en effet faire face sur son marché historique à l'essor des plateformes de vidéo sur abonnement comme Neflix et Amazon Prime.

Dans le domaine du sport, Canal+ était leader, mais les arrivées de BeIN Sports, SFR et bientôt celle de Mediapro, lui a fait perdre ce statut. Ils ont perdu les droits de la Ligue des Champions, de certains matchs de Ligue 1 et d'autres sports, qui ont coûtés cher en abonnés. 

Pour pallier l'érosion de son parc d'abonnés, le groupe a été obligé de lancer des services moins chers comme la plateforme de vidéos à la demande MyCanal ou la nouvelle offre Canal+Séries.

Des économies pour les chaînes gratuites

Si le groupe détenu par Vincent Bolloré a des difficultés dans la télévision payante, il cherche aussi à faire des économies dans ses chaînes gratuites de la TNT (C8, CStar et Cnews). 

Les premières émissions supprimées seront celles du présentateur Thierry Ardisson, "Les Terriens du samedi" et "Les Terriens du dimanche".  

Les effectifs français réduit de 18%

La situation difficile en France contraste pourtant avec les activités de Canal+ à l'international. La chaîne de télévision est notamment présente en Pologne, en Afrique, au Vietnam et en Birmanie. Les salariés de Canal+ International ne sont d'ailleurs pas concernés par ces suppressions de postes.

Seuls les 2.800 salariés de Canal+France seront touchés par ce plan de départs qui verra les effectifs de l’Hexagone se réduire d'environ 18%.

Ce plan de départs devrait être "présenté mardi aux représentants du personnel, lors d'une réunion du Comité social et économique", a précisé la source à l'AFP.

Ce n'est pas la première fois que le groupe réduit ses effectifs, il y a deux ans une restructuration de ses centres d'appels avait enclenché la suppression de 150 emplois.